MaPrimeRénov’, chauffage, isolation… Dans la jungle des aides énergétiques

MaPrimeRénov’

Le dispositif MaPrimeRénov, mis en place en 2020, et sur lequel communiqué beaucoup le gouvernement, a été sévèrement critiqué fin octobre pour de « rares dysfonctionnements techniques récurrents » dans un rapport de la Défenseure des droits, l’autorité indépendante dirigée par Claire Hédon, qui croule sous les réclamations.

Alors que l’Agence nationale de l’habitat (Anah), qui pilote le dispositif, assure que le délai moyen d’instruction des dossiers est de 15 jours ouvrés, nombre de cas traînant pendant des mois.

En 2021, selon un bilan établi par le Conseil économique, social et environnemental (CESE), 650.000 dossiers MaPrimeRénov’ont été acceptés, d’un montant moyen de prime de 3.000 euros. L’aide est accordée sous conditions de ressources.

La rédaction vous conseille

Bouclier tarifaire

Le blocage tarifaire est le blocage par l’Était des prix du gaz et de l’électricité à leurs niveaux de l’hiver dernier, avec une revue à la hausse en 2023, la moindre que celle des prix du marché. Mais les abonnés à certains fournisseurs d’énergies alternatives doivent revenir chez EDF pour en profiter.

En outre, si ces tarifs gelés s’appliquent automatiquement aux particuliers, ce n’est pas le cas des copropriétés ou des logements sociaux, qui ne reçoit une aide qu’a posteriori. Cette aide, en outre, ne couvre pas nécessairement la totalité des hausses de factures de ces logements collectifs.

Chèque énergie

Le chèque énergie a été mis en place en 2018 pour remplacer les tarifs sociaux du gaz et de l’électricité. Il est versé une fois par an, au printemps, sous conditions de ressources à 5,8 millions de ménages modestes, à hauteur de 148 euros en moyenne. Mais en 2019, 25 % des ménages ayant reçu ce chèque ne l’avaient pas utilisé, par méconnaissance essentiellement.

La rédaction vous conseille

Avec la crise, le gouvernement a rajouté deux chèques exceptionnels supplémentaires (100 euros en décembre 2021 ; et de 100 à 200 euros à la fin 2022, pour cette fois 12 millions de foyers).

« Les gens sous-consomment les aides sociales trop compliquées. Pour ces aides au chauffage à caractère social, il vaudrait mieux qu’elles soient automatiques à travers une hausse des APL par exemple, ce serait plus fluide et efficace », estime François Carlier, délégué général de l’association de consommateurs CLCV.

Chèque fioul, chèque bois

Les chèques fioul et chèque bois ont été annoncés fin 2022 pour corriger les oublis du bouclier tarifaire.

Le chèque fioul sera versé sous conditions de ressources. Il doit s’élever à 200 euros versés en une seule fois aux ménages gagnants moins de 10.800 euros par an, et à 100 euros pour ceux gagnants entre 10.800 et 20.000 euros. 1,6 million de foyers en bénéficieront sur les 2,8 millions qui se chauffent au fioul.

Pour ceux qui se chauffent au bois, un chèque spécifique est aussi annoncé, d’un coût global équivalent (230 millions d’euros environ), mais le gouvernement n’a pas encore annoncé la manière dont il sera distribué.

1 réflexion sur “MaPrimeRénov’, chauffage, isolation… Dans la jungle des aides énergétiques”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *