Abolition de la corrida : LFI contrainte de retirer sa proposition de loi

Le député insoumis Aymeric Caron a pris ce jeudi la décision de retirer sa proposition de loi portant sur l’abolition de la corrida. Ce dernier a déploré un trop grand nombre d’amendements à étudier.

« Je suis contraint de retirer ce texte ». Alors que l’Assemblée nationale étudiait ce jeudi la proposition de loi portée par Aymeric Caron voulant abolir la corrida en France, le député LFI a été contraint de mettre un terme au débat.

En effet, Aymeric Caron a déploré « l’obstruction » à l’encontre de son texte. «Nous ne pourrons pas abolir la corrida aujourd’hui», at-il regretté, avant d’indiquer qu’il restait près de 500 amendements à étudier, soit environ vingt-quatre heures de débats.

Ou, selon la règle applicable aux niches parlementaires, les débats ne peuvent aller au-delà de minuit, le jour de l’examen des propositions de loi.

«Navré», mais déterminé

Le député de Paris s’est aussi dit «navré» de l’hostilité de certains de ses collègues face à son texte. «Applaudissez, soyez fiers de vous», at-il ainsi ironisé, avant de promettre une autre «proposition de loi transpartisane» sur le sujet.

«La corrida sera bientôt abolie dans notre pays, je le promets», at-il lancé avant de se retirer.

Depuis plusieurs semaines, la proposition d’Aymeric Caron se divise. Samedi dernier, quelque 200 politiques avaient signé une tribune pro-corrida dans le JDD.

Plusieurs responsables étaient également apparus dans cette liste, notamment Jean-François Mattéi, qui dirige le groupe MoDem à l’Assemblée nationale.

Le Parti animaliste et les associations remontées

Très enthousiaste quant à cette proposition, le Parti animaliste a dénoncé, par l’intermédiaire d’un communiqué, l’attitude de certains députés.

« Je suis révoltée, ce n’est ni à la hauteur des enjeux, ni de l’attente des Français, que de saboter ainsi cette proposition de loi », écrit Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste.

Une déception partagée par l’Alliance Anticorrida sur ses réseaux sociaux.

Malgré la « puérilité de l’opposition », les défenseurs des animaux ont reconnu « l’engagement de ceux qui ont porté cette loi ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *