un effet secondaire observé des mois après l’infection

Une nouvelle étude, publiée le 16 novembre dernier dans la revue médicale Neurologie de l’American Amacademy of Neurology, a levé le voile sur un nouvel effet secondaire lié à l’infection au coronavirus. Bien que rare, et les chercheurs à l’origine de cette découverte ont particulièrement appuyé sur le terme, cet effet vient tout de même s’ajouter à la longue liste de ceux qui avaient déjà été mis au jour jusqu’à maintenant.

Un effet pouvant survenir six mois après l’infection

Selon cette nouvelle étude, une infection à l’un des virus du Covid-19 pourrait augmenter le risque de subir des épisodes de convulsions ou de développer des crises d’épilepsie. Et, ce, jusqu’à six mois après avoir été touché par le coronavirus.

«Bien que le risque global de développer des crises ou de l’épilepsie soit faible – moins de 1% de toutes les personnes atteintes de Covid-19étant donné le grand nombre de personnes infectées par le Covid-19, cela pourrait entraîner une augmentation du nombre de personnes souffrant de crises d’épilepsie et d’épilepsie », a déclaré Arjune Sen, chercheur à l’Université d’Oxford en Angleterre et auteur de l’étude.

Retrouvée chez les adultes, mais bien plus chez les enfants, cette augmentation du risque a également été décelée chez les personnes dont l’infection n’avait pas entraîné d’hospitalisationsDe plus, le risque accumulé de convulsions et d’épilepsie chez les enfants nous donne une autre raison d’essayer de prévenir les infections au COVID-19 chez les enfants», ont ajouté les scientifiques à l’origine de la découverte.

Plus de 150 000 personnes analysées

Pour obtenir ces résultats, les dossiers de santé de plus de 150 000 personnes infectées par le coronavirus et lagrip ont été observés. Auparavant, aucun des participants à l’étude n’avait justifié d’une atteinte épileptique ou de convulsions. Les patients observés avaient tous des âges, sexe ainsi que des antécédents médicaux à peu près similaires.

Finalement, il a été observé que les personnes atteintes de Covid-19 étaient 55 % plus susceptibles de développer une maladie de type épilepsie ou de subir des convulsions au cours des six mois qui ont suivi l’infection, en comparaison avec les personnes atteintes de la grippe.

Un risque présent, mais très faible

Toutefois, les auteurs de l’étude ont tenu à rassurer. Si le risque est bel et bien présent, en raison de sa constatation par preuve scientifique et médicale, il reste très rare. « Les gens doivent interpréter ces résultats avec prudence car le risque global est faible », ont-ils précisé.

« Nous recommandons toutefois aux professionnels de la santé d’accorder une attention particulière aux personnes qui peuvent présenter des caractéristiques plus subtiles de crises, telles que des crises focales conscientes, où les gens sont alertes et conscients de ce qui se passe, en particulier dans les trois mois suivant une crise », ont conclu les auteurs de l’étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *