Procès du drame de Millas : « Cette décision n’est pas d’une sévérité extrême », analyse Me Chemla après la condamnation de la conductrice du bus

Pour Me Gérard Chemla, avocat de plusieurs familles de victimes et de la Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs, la décision du tribunal correctionnel est « totalement adaptée ».

Me Gérard Chemla, avocat de la partie civile, comme il l’était aussi dans les procès des drames ferroviaires de Brétigny-sur-Orge et de Saint-Médard, analyse la décision : « Le tribunal reconnaît les victimes et leur traumatisme de manière claire et collective. La justice est d’ailleurs de plus en plus claire sur les trois postes de préjudices spécifiques, angoisse de mort imminente, attente et inquiétude et camaraderie. Ensuite, la conductrice du bus, Nadine Oliveira, est déclarée coupable, c’est cela le plus important. La peine, c’est clairement dit, est moins importante que ce qu’elle aurait pu être parce que le tribunal est conscient que la conductrice du bus a mal vécu l’audience. Cinq ans d’emprisonnement, une ferme qu’elle peut donc effectuer sans aller dans une maison d’arrêt, ce n’est pas nécessairement ce que les victimes souhaitaient. On a une peine qui est tout à fait adapté, bien pensé, mesuré ».

A lire aussi :
Procès du drame de Millas : la satisfaction plane sur le banc des avocats des parties civiles

Et l’avocat de poursuivre : » Cette décision n’est pas d’une sévérité extrême car le tribunal n’a pas voulu en rajouter. On n’est quand même pas sur un crime mais un délit. Mme Oliveira n’a pas essayé de faire du mal aux enfants, c’est pour cela que le tribunal n’a pas retenu l’interdiction de travailler à leurs contacts. Mais sur l’interdiction d’exercer une activité dans les transports, c’est allé loin car elle aurait pu travailler dans les bureaux. C’est une sanction. Mais honnêtement, je ne vois pas ce qu’elle pourra chercher devant une cour d’appel ».

A lire aussi :
Procès du drame de Millas : « Un an libre à la maison ce n’est pas un an derrière les barreaux, c’est inadmissible »

1 réflexion sur “Procès du drame de Millas : « Cette décision n’est pas d’une sévérité extrême », analyse Me Chemla après la condamnation de la conductrice du bus”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *