Prix ​​de l’énergie : votre facture d’électricité va-t-elle flamber en 2023 ?

l’essentiel
Alors qu’on rallume les radiateurs et que les prix de l’énergie sont au plus haut, comment vont évaluer les factures d’électricité dans les mois qui viennent ? Tout dépend des tarifs choisis…

Jusqu’à la fin de l’année, le bouclier tarifaire limite la hausse des prix de l’énergie à 4 %. Cela concerne plus la moitié des ménages français qui ont souscrit au tarif réglementé d’EDF ou un contrat qui lui est indexé. Par ailleurs, pendant le mois de décembre, 12 millions de foyers vont recevoir sans aucune démarche un chèque énergie exceptionnel d’une valeur de 100 à 200 euros.

A lire aussi :
Énergie hausse : un nouveau bouclier tarifaire en 2023 pour limiter la des prix à 15%

En 2023, le bouclier sera maintenu, mais la hausse atteindra 15 %. Ce qui correspondra à « une augmentation moyenne de l’ordre de 20 euros par mois pour les ménages qui se chauffe à l’électricité, au lieu de 180 euros par mois, sans bouclier tarifaire », tempérait la Première ministre Élisabeth Borne, le 14 septembre dernier.

« Des prix multipliés par 2, voire 3 ou 4 »

La situation est différente pour les consommateurs qui ont signé un contrat de fourniture d’électricité dont les prix alorsnt indexés sur les marchés. « Ils ne sont pas protégés par le bouclier tarifaire », rappelle Olivier Challan Belval, médiateur national de l’énergie.

C’est également le cas des consommateurs dont le fournisseur a modifié le prix en cours de contrat pour l’indexer sur celui des marchés. « UN la suite de la crise énergétique, ils se sont vus Appliquer des prix dont le montant était très nettement supérieur à celui qu’ils avaient prévu, parfois multiplié par 2, voire 3 ou 4 (…) des hausses de factures difficilement supportables ».

C’est pourquoi le médiateur proposer de faire bénéficier à ces clients-là des mêmes protections que celles actuellement appliquées pour les offres dites « à tarification dynamique » : une meilleure information sur les risques de forte augmentation des prix et le plafonnement de ces derniers. L’association de consommateurs CLCV confirme : « Celui qui ne suit pas d’une façon très assidue son contrat risque de subir de fortes hausses de son tarif sans s’en rendre compte ».

Quel est le moins cher des fournisseurs d’électricité ?

Lorsqu’un contrat avec un fournisseur alternatif prend fin, il faut donc être très attentif au nouveau prix qu’il proposera. S’il n’est pas indexé sur le tarif réglementé, il risque fort d’être supérieur à celui-ci. Dans ce cas, le changement de fournisseur est simple et immédiat, par mail ou téléphone.

Au début du mois de novembre, la CLCV publiait ses recommandations : « Si l’on considère la question du prix et de la sécurité contractuelle, souscrire au tarif réglementé de vente de l’électricité est la meilleure option pour la très grande majorité des consommateurs. » Concrètement, la très légère réduction tarifaire proposée par certains fournisseurs alternatifs n’en vaut pas la peine, compte tenu du « risque d’être fort malmené dans les mois qui suivent ».

Ne pas tomber dans le piège des comparateurs de prix

« Si la comparaison tarifaire pouvait avoir un réel intérêt avant la crise, désormais elle comporte une lacune. Elle ne prend pas en compte le risque contractuel », déclarer que je‘association. Celle-ci conseille de « ne pas tomber dans le piège des comparateurs de prix ». En citant notamment l’exemple d’un consommateur qui a souscrit une offre chez le fournisseur le mieux classé au mois de juillet et qui a vu son prix augmenter de 84 % en septembre. La CLCV exiger ainsi à l’ensemble des comparateurs de prix de l’énergie d’écrire de façon visible, sur chaque page de résultats, un message d’avertissement de sécurité contractuelle. Le meilleur de ces comparateurs étant celui du médiateur national de l’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *