Mort de Baba : sept jeunes présentés à la justice, un huitième en cavale

Ils sont sortis de leur garde à vue ce vendredi pour prendre le chemin du bureau du juge d’instruction au tribunal judiciaire de Paris, porte de Clichy (XVIIe). Ce vendredi, sept individus dont six mineurs, soupçonnés d’être impliqués dans la rixe au couteau qui a coûté la vie à Baba, 16 ans, il y a tout juste une semaine porte d’Asnières (XVIIe) à Paris, ont été présentés à la justice et déférés en vue d’une éventuelle mise en examen. Un huitième a, lui, échappé au coup de filet. Il est en cavalerie.

Cette affaire d’« homicide volontaire en bande organisée » pour laquelle ces jeunes sont continués remonte donc au 11 novembre. Vers 21h30, boulevard Berthier, une rixe éclatée entre bandes rivales des portes d’Asnières et de Saint-Ouen. L’un des participants, Baba, un habitant de la porte d’Asnières (XVIIe) connu des services de police, s’écroule poignardé. Malgré l’intervention des secours, la victime, qui a reçu plusieurs coups de couteau à l’abdomen, succombe à ses blessures.

Très vite, la brigade criminelle de la police judiciaire, à laquelle le parquet de Paris confie l’enquête identifie plusieurs participants, notamment grâce aux images de vidéosurveillance, aux témoignages, à l’enquête de voisinage et aux traces et indices. Mercredi, soit cinq jours après le drame, une première vague d’interpellations est conduite. Sept jeunes sont placés en garde à vue, dont plusieurs se présentent spontanément au commissariat.

« Mon client est complètement dévasté »

Selon une source proche du dossier, « la plupart des suspects se sont expliqués sur leurs actes » lors des auditions. Le scénario qui se dessine dans ce drame est celui d’une « bagarre de rue sur fond d’affrontements entre bandes » avec un « coup mortel », résume une autre source proche de l’enquête. « Aucun n’assume la volonté d’en arriver là… Ce qui est d’ailleurs possible. »

« Mon client est complètement dévasté », assure de son côté Antoine Ory, avocat d’un des sept jeunes déférés, interpellé mercredi au domicile de sa tante. « Tout est allé très vite ». Selon maître Ory, son client « n’est pas violent » et possède un casier judiciaire vierge.

« Ce vendredi, il a retrouvé la bande de Saint-Ouen, un peu par hasard. » Le conseil insiste : « Il ne connaissait pas personnellement la victime, ni d’ailleurs l’auteur du coup de couteau. »

45 bandes rivales suivies

D’après une source proche du dossier, « ces rixes en bande peuvent démarrer pour un motif futile, un mauvais regard », ou une volonté de représailles. L’origine de cette bagarre à l’issue tragique serait liée à la volonté d’un match retour. D’après une autre source, « une bagarre à eu lieu quelques jours avant le drame. Un jeune de la porte de Saint-Ouen s’était fait frapper. »

La préfecture de police, via une cellule dénommée « Groupe local de traitement de la délinquance, bandes spécialisées », assure le suivi de 45 bandes dans l’agglomération parisienne, dont 17 à Paris incluant ces deux-là. Ce vendredi soir, parmi les 7 jeunes déférés au tribunal, un magistrat prédisait « des réquisitions de provisoire ».

Reste que l’enquête de la brigade criminelle se poursuit. « Ils n’ont pas eu tout le monde », souffle un témoin. Les policiers sont notamment aux trousses du 8e suspect, qui lui n’a pas attendu la vague d’interpellation pour se mettre en fuite et qu’ils aimeraient bien interpeller. Il serait l’auteur du coup de couteau fatal.

1 réflexion sur “Mort de Baba : sept jeunes présentés à la justice, un huitième en cavale”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *