Liux Animal, une étonnante berline électrique et « bio »

Venue d’Espagne, la start-up Liux dévoile son premier modèle électrique baptisé Animal. Un nom qu’il doit à la volonté d’intégrer autant que possible des composants d’origine… végétale.

C’est vraiment cette approche des matériaux qui distingue cette start-up fondée en mars 2021 du lot. En effet, la Liux Animal ne se contente pas de vouloir être « zéro émission de CO2 » et relativement abordable. Elle revendique également un respect de l’environnement dans sa conception et sa production.

Une voiture bio ?

Dans sa conception d’abord, puisque ce grand break annonce une réduction de 25% du nombre de pièces par rapport à un véhicule classique de gabarit et de niveau de gamme similaire.

Surtout, ces pièces sont, pour l’essentiel, composées de matériaux recyclés, ou à base de plantes. Liux indique ainsi 90% de matériaux entrant dans ces deux catégories. Dans les matières naturelles, on compte en particulier des biopolymères fabriqués à partir de fibres et de résines organiques. Par exemple, la carrosserie est réalisée à partir de liège, de lin, de lin renforcé, d’un apprêt et d’une couche de peinture de finition. Elle est qualifiée de « peau amphibienne »… Certaines pièces seront en outre réalisées via un processus d’impression 3D.

Bien entendu, l’intérieur est dominé par les grands écrans « indispensables », sur lesquels on trouvera un environnement Android Automotive. Un choix pas imposé toujours ergonomique, mais qui mène ici à plus de simplicité dans la conception et la réalisation… On notera l’accès via des portes antagonistes, sans pied-milieu. Une caractéristique souvent du domaine du concept plus que de la série. À voir si le principe verra finalement le jour.

Raisonnable et abordable ?

Cet animal n’est pas un grand fauve. Pas d’ébauche de puissance ou de luxe à attendre. On reste sur une offre propulsion dont la puissance culmine à 240 ch. Signe de la frugalité voulue par la marque, la version de lancement, Habitat Edition, se contente de 190 ch. Les 240 ch sont insuffisants pour passer de 0 à 100 km/h en un peu plus de 5 secondes avec une vitesse maximale fixée à 200 km/h (180 km/h pour le modèle 190 ch).

Pour les batteries, Liux adopte un concept modulaire. On se rapproche du concept Evogo de CATL. La voiture peut ainsi embarquer jusqu’à 4 modules de 23 kWh chacun. Un choix qui pour la start-up est synonyme d’optimisation de la masse, d’amélioration de la réparabilité et de la possibilité d’évolution. De quoi faire durer la vie de la voiture en remplaçant sa batterie, que ce soit en cas de défaut sur un module, de volonté de faire évaluer la technologie ou plus simplement pour adapter son autonomie à son utilisation. Avec les 4 modules (par un calcul rapide, 4×23 = 92 kWh), la Liux Animal atteindrait 600 km d’autonomie. Ce qui n’est en soi pas une valeur extraordinaire pour cette capacité.

Les réservations de la Liux Animal Habitat Edition sont ouvertes. La voiture est annoncée à 39 000 €. Mais attention, à ce prix, elle n’embarque que deux modules de batterie et donc une autonomie limitée à 300 km. Les livraisons sont espérées au premier trimestre 2024…

À lire aussi
Volvo abandonne le cuir dans ses voitures électriques

1 réflexion sur “Liux Animal, une étonnante berline électrique et « bio »”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *