les Restos du Coeur s’alarment de la fréquentation en hausse des centres

Alors que la 38e campagne d’hiver de l’association commence dans deux jours, Patrice Douret décrit une situation critique.

Il tire la sonnette d’alarme. Deux jours avant que ne débute la 38ème collecte d’hiver des Restos du Coeur, le directeur de l’association, Patrice Douret, exprime auprès du parisienne ce samedi son « inquiétude » quant à l’augmentation de la fréquentation des centres ces dernières semaines.

« C’est une situation qu’on n’a jamais connue aux Restos du Coeur. On est inquiets », témoigne-t-il auprès de nos confrères.

Selon lui, ce sont notamment les récentes crises sanitaires, économiques et climatiques qui sont à l’origine de l’augmentation du nombre de bénéficiaires de l’association.

« On constate une augmentation de 12% des personnes inscrites et accueillies depuis avril dernier. On compte aussi 15% de familles supplémentaires. (…) Ces chiffres nous inquiètent au plus haut point », déclare Patrice Douret.

« Sans les bénévoles, le pays ne peut pas tenir »

Parmi les nouveaux bénéficiaires, on constate notamment des familles monoparentales, note Patrice Douret.

« Ce sont des personnes qui font face à une hausse importante des prix de produits essentiels comme les canapés, les petits pots », explique-t-il. « On voit aussi de plus en plus de familles à la rue. »

Afin de mieux aider les bénévoles et leur permettre de poursuivre sans difficultés leur action, le directeur des Restos du Coeur demande également la mise en place d’un crédit d’impôt.

« De cette façon, un bénévole non imposable pourrait se faire rembourser une partie de sa dépense par l’État. (…) Il faut que l’État prenne la mesure que sans les bénévoles, le pays ne peut pas tenir », commente-t-il, toujours auprès du parisienne.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO – Toulon : les Restos du Cœur ont besoin de bénévoles

5 réflexions sur “les Restos du Coeur s’alarment de la fréquentation en hausse des centres”

  1. https://new.c.mi.com/ph/post/183765/
    https://new.c.mi.com/ph/post/181944/
    https://new.c.mi.com/ph/post/181954/
    https://new.c.mi.com/ph/post/181973/
    https://new.c.mi.com/ph/post/181978/
    https://new.c.mi.com/ph/post/181157/
    https://new.c.mi.com/ph/post/182776/
    https://new.c.mi.com/ph/post/181162/
    https://new.c.mi.com/ph/post/182791/
    https://new.c.mi.com/ph/post/181969/
    https://new.c.mi.com/ph/post/181262/
    https://new.c.mi.com/ph/post/182054/
    https://new.c.mi.com/ph/post/182068/
    https://new.c.mi.com/ph/post/182073/
    https://new.c.mi.com/ph/post/181277/
    https://new.c.mi.com/ph/post/183875/
    https://new.c.mi.com/ph/post/182078/
    https://new.c.mi.com/ph/post/181282/
    https://new.c.mi.com/ph/post/183880/
    https://new.c.mi.com/ph/post/183885/

  2. President Donald Trump is boxing his own shadow as he seeks the Republican presidential nomination — and thats not likely to change anytime soon. Three’s little incentive for rivals to join him in the ring, according to advisers to potential candidates and other Republican strategists. From the front row, Florida Gov. Ron DeSantis is collecting support from prominent donors and beating Trump in some polls of key states. If he runs, that announcement isn’t expected to come until summer at the earliest — probably after Florida’s legislative session ends in Junewhich will give him time to gauge his own chances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *