Kim Jong-Un promet « un affrontement total » et d’utiliser l’arme nucléaire s’il est attaqué

Coup de bluff, ou signe supplémentaire de l’imminence d’un test de missile nucléaire ? Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a promis de réagir « résolument » et de proposer à la bombe atomique en cas d’attaque nucléaire contre son pays, a rapporté samedi l’agence nord-coréenne KCNA au lendemain d’un tir de missile balistique intercontinental par Pyongyang. La Corée du Nord « réagira résolument aux armes nucléaires par des armes nucléaires et à un affrontement total par un affrontement sans merci », a déclaré le leader nord-coréen tel que cité par KCNA, selon laquelle il a lui-même supervisé le tir de missile de vendredi.

KCNA a indiqué que l’essai de vendredi concernait le « nouveau type d’ICBM » nord-coréen, le Hwasong-17, et que le « tir d’essai a clairement prouvé la fiabilité de ce nouveau système d’armement stratégique majeur » . L’agence nationale nord-coréenne a indiqué que le missile avait atteint « une altitude maximale de 6.040,9 km et a parcouru une distance de 999,2 km » avant « d’atterrir avec précision sur la zone prédéfinie » dans la mer de l’Est, ou mer du Japon. La distance et l’altitude correspondant aux estimations données par Séoul et par Tokyo vendredi, et ne sont que légèrement inférieures à celles de l’ICBM tirées par Pyongyang le 24 mars, qui semblent être le test le plus puissant jamais réalisé par le Nord.

Le bombardier américain B-1B redéployé

Les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont intensifié ces derniers mois leurs manœuvres militaires conjointes depuis que Kim Jong-un a déclaré en septembre que le statut d’État nucléaire de la Corée du Nord était « irréversible ». Séoul et Washington ont notamment mené fin octobre et début novembre les plus grands exercices aériens communs de leur histoire. Un bombardier stratégique américain B-1B a d’ailleurs été redéployé dans la péninsule coréenne samedi dans le cadre d’un exercice aérien conjoint entre Séoul et Washington

Mais la Corée du Nord voit dans ces démonstrations de force des répétitions générales à une invasion de son territoire ou à une tentative de renversement du régime. Et est d’autant plus sensible à ces grands exercices aériens que son armée de l’air constitue justement son talon d’Achille.

KCNA a par ailleurs indiqué que Kim Jong-un avait assisté au lancement « avec sa fille et sa femme bien-aimées ». Les médias d’État ont montré un Kim rayonnant marchant devant un missile géant, accompagné d’une petite fille en doudoune et chaussures rouges. Il est extrêmement rare que les médias d’État mentionnent les enfants du dirigeant nord-coréen, et il s’agirait de l’une des premières confirmations officielles de l’existence de sa fille, selon des experts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *