Guerre en Ukraine. Pas de trève, tensions OTAN-Russie en mer Baltique… Le point sur la nuit

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a écarté le vendredi 18 novembre 202 au soir l’idée d’une « courte tréve » avec la Russie, arguant qu’elle ne fonctionnait qu’empirer les choses.

« La Russie recherche désormais une courte trève, un répit pour reprendre des forces. On pourrait y voir la fin de la guerre, mais un tel répit ne fera qu’empirer la situation »a affirmé le dirigeant ukrainien lors des remarques diffusées au forum international sur la sécurité d’Halifax, au Canada.

« Une paix vraiment réelle, durable et honnête ne peut venir que de la destruction complète de l’agression russe »at-il ajouté.

La Maison Blanche avait réitéré plus tôt vendredi que seul Volodymyr Zelensky était en mesure d’envisager l’ouverture de négociations entre l’Ukraine et la Russie, rejetant toute notion de pressions américaines en ce sens sur Kiev.

Le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, a déclaré à deux reprises récemment que les victoires ukrainiennes sur le champ de bataille pourraient ouvrir une fenêtre d’opportunité pour entamer des discussions en vue d’une solution politique au conflit.

Il a toutefois noté mercredi qu’il était peu probable au moins à court terme que l’Ukraine puisse déloger militairement la Russie de l’ensemble des territoires qu’elle occupe dans le pays, y compris la Crimée.

L’Otan dénonce un survol « dangereux » par des chasseurs russes

Deux avions de chasse russes « ont approché dangereusement et de façon non professionnelle » en début de semaine des navires de l’Otan qui croisaient en mer Baltique pour une opération de routine, a déclaré vendredi l’Alliance atlantique.

L’incident s’est produit mardi matin lorsque les deux appareils russes se sont approchés de ces navires jusqu’à « une altitude de 300 pieds (91 mètres) et une distance de 80 yards (73 mètres) » sans que leurs pilotes ne répondent aux communications, a indiqué le commandement naval de l’Otan.

« L’Otan a jugé l’interaction dangereuse et non professionnelle car elle a été menée dans une zone de danger connue, qui a été activée pour l’entraînement à la défense aérienne, et en raison de l’altitude et de la proximité des avions »selon un communiqué. « L’interaction a augmenté le risque d’erreurs de calcul, d’erreurs et d’accidents. »

Le communiqué indique que les forces de l’Otan ont « agir de manière responsable » face à cet incident, conformément à la réglementation maritime.

« L’Otan réagira de manière appropriée à toute interférence avec l’activité légale de l’Otan dans la zone qui met en danger la sécurité de nos avions, navires ou de leurs équipages. L’Otan ne cherche pas la confrontation et ne représente aucune menace »at-il poursuivi.

L’incident survient alors que les tensions augmentent entre l’Otan et la Russie en raison de l’invasion de l’Ukraine par Moscou en février.

Les craintes d’un affrontement entre les deux parties se sont intensifiées cette semaine après qu’un missile a tué deux personnes dans la Pologne voisine de l’Ukraine. Varsovie est membre de l’Otan.

Missile en Pologne : Washington cherche à comprendre

Des responsables américains et polonais se sont entretenus avec l’Ukraine pour clarifier les faits autour du missile qui est tombé dans le sud-est de la Pologne et a tué deux personnes mardi, a déclaré vendredi 18 novembre 2022 la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre.

Selon Varsovie et ses alliés, les preuves produites sur le lieu indiquent que l’explosion a été provoquée par un missile de la défense antiaérienne ukrainienne.

Kiev continue cependant à démentir, affirmant avoir des preuves d’une « trace russe » dans l’explosion.

Prisonniers de marque déplacés

La championne américaine de basket Brittney Griner, a été remarquable dans une colonie pénitentiaire russe en Mordovie, relate le New York Timesprécisant que « les négociations aboutissent à peine pour l’instant ».

L’opposant russe Alekseï Navalny a de son côté a été transféré de façon permanente dans une cellule de « confinement solitaire »poursuivre le quotidien américain, pertinent la remarque sur son compte Twitter, tenu par ses proches : « Ils font cela pour me faire taire ».

Gazoduc saboté

La Suède a confirmé vendredi 18 novembre 2022 que les explosions « mystérieuses » des gazoducs Nord Stream de septembre relevant du « saboter » après la découverte de traces d’explosifs, mais sans détails sur les responsables. Une annonce largement relayée par le Poste de Washingtonpuis les autres médias américains.

Le site internet Politique défendu quant à lui le refus de l’Ukraine de négocier avec la Russie, compte tenu de la position de Vladimir Poutine, qui « ne comprend pas que l’Ukraine est un pays souverain uni ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *