Covid-19 : cas à la hausse, nouvelle variante… la France fait-elle face en ce moment à une 9e vague de contaminations ?

l’essentiel
Après plusieurs journées de débrayage dans les laboratoires d’analyses médicales du pays, les autorités sanitaires observent un regain sur le front épidémiologique. La France pourrait être en train de faire face à une 9e vague de contaminations.

La France est-elle passée à côté d’une reprise épidémique ? La grève récente des biologistes n’a pas permis aux autorités sanitaires de suivre convenablement l’évolution de l’épidémie de Covid-19 ces derniers jours. Pendant plusieurs jours, les laboratoires d’analyses médicales ont en effet arrêté de transmettre les résultats des tests de dépistage aux autorités sanitaires, avant de fermer purement et simplement leurs portes du 14 au 16 novembre. Le nombre de cas d’infections au virus était donc relativement bas.

Le retour à la normale – tout à fait récent – a transmis son lot de vérités sur le front de la pandémie. « Je pense que l’on a loupé la vraie reprise épidémique il y a une dizaine de jours », évoque ainsi Yannick Simonin, maître de conférences en virologie à l’université de Montpellier, dans les colonnes du parisienne.

Les cas quotidiens n’ont, une fois n’est pas coutume, pas été précurseurs des admissions quotidiennes à l’hôpital. Celles-ci sont également en hausse depuis 4 jours consécutifs. ud83dudc47

2/5 https://t.co/yjQYX0myNB

— Nicolas Berrod (@nicolasberrod) 18 novembre 2022

Cela fait ainsi quatre jours que le nombre moyen de cas positifs au virus revient à la hausse. L’Hexagone détecte désormais en moyenne 26 040 nouvelles contaminations chaque jour. Même constat dans les établissements hospitaliers du pays où 17 936 sont actuellement hospitalisés à cause du virus. Par ailleurs, cela fait 5 jours que le nombre moyen de nouvelles hospitalisations repart à la hausse.

Une nouvelle variante en France

Plusieurs facteurs – désormais connus – permettaient pour autant d’anticiper cette reprise épidémiologique. Des températures moins élevées d’abord, qui incitent les Français à se regrouper en intérieurs : nous rappelons ainsi que les contaminations au Covid-19 se font avant tout dans les espaces clos. L’arrivée, aussi, d’une nouvelle variante dans l’Hexagone. La variante BQ.1.1. – qui appartient à la famille des variantes Omicron – gagne progressivement du terrain dans le pays. Cette nouvelle souche est quasiment majoritaire dans le pays : selon les dernières données de Santé Publique France, plus de 43 % des contaminations au Covid-19 sont liées à cette variante.

La variante BQ.1.1. pourrait présenter un échappement immunitaire plus important que ses prédécesseurs, c’est-à-dire qu’il serait en capacité à résister plus facilement à l’immunité acquise à la fois par la vaccination contre le Covid-19 et par une contamination au virus . « Il est probable que ces mutations supplémentaires aient conféré un avantage d’évasion immunitaire par rapport aux autres sous-lignées Omicron en circulation, et donc un risque de réinfection plus élevé est une possibilité qui nécessite une enquête plus approfondie », expliquait l’Organisations Mondiale de la Santé dans un communiqué publié ce jeudi 27 octobre.

A lire aussi :
Covid-19 : pourquoi multiplier les infections au virus augmente le risque d’avoir de graves problèmes de santé

Ce nouveau variant aurait également des capacités de propagation plus importantes : « Bien qu’il n’y ait pas de données sur la gravité ou l’évasion immunitaire des études chez l’homme, BQ.1.1. montre un avantage de croissance significatif par rapport aux autres sous-lignées Omicron en circulation dans de nombreux contextes, y compris l’Europe et les États-Unis, et justifie donc une surveillance étroite », reprend l’OMS.

Difficile pour autant de savoir quel impact cette reprise épidémiologique aura sur le système de santé français. Cela va dépendre entre autres de l’immunité acquise par la population grâce aux contaminations précédentes et à la vaccination.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *