Corée du Nord. Kim Jong-un promet des réponses nucléaires aux menaces, l’ONU s’inquiète

Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un a promis de répondre aux menaces nucléaires des États-Unis avec des armes nucléaires alors qu’il assistait vendredi 18 novembre 2022 à l’essai du nouveau missile balistique intercontinental nord-coréen, a indiqué l ‘agence de presse officielle KCNA.

La Corée du Nord, isolée sur la scène internationale, a procédé vendredi à un essai d’un missile balistique intercontinental, peu après avoir évité de « réponses militaires plus dures » au renforcement de la présence des États-Unis dans la région.

Avec sa famille

Kim Jong-un a déclaré que les menaces des États-Unis et de leurs alliés menant une politique hostile ont poussé son pays à « accélérer rapidement le renforcement de sa dissuasion nucléaire ».

« Kim Jong-un a déclaré solennellement que si les ennemis persistaient de poser des menaces, […] notre parti et notre gouvernement réagiront résolument aux armes nucléaires par des armes nucléaires et à la confrontation totale par une confrontation totale sans merci »a rapporté l’agence KCNA.

Le dirigeant nord-coréen supervisait le lancement de son « monstre missile »le Hwasong-17, avec sa fille qui apparaît pour la première fois en public.

Fait extrêmement rare, KCNA – unique source d’information venant de Pyongyang – a fait mention de la famille de Kim Jong Un, fourni que le dirigeant s’est rendu au lancement accompagné de sa « femme et (de sa) fille bien-aimées ».

Il est apparu pour la première fois aux côtés d’une jeune fille dont l’âge n’est pas précisé, vêtue d’une doudoune blanche et de chaussures rouges.

Il s’agit de la première confirmation officielle de l’existence de la fille de Kim Jong Un, selon les experts.

Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit

Le Conseil de sécurité des Nations unies va discuter de la Corée du Nord lors d’une réunion lundi 21 novembre 2022, peut-on lire sur l’agenda du Conseil de sécurité, après que Pyongyang a procédé vendredi à l’essai d’un missile balistique intercontinental.

La mission américaine auprès des Nations unies a révélé que les 15 membres du Conseil de sécurité avaient la responsabilité de protéger la paix et la sécurité mondiale ainsi que le principe de non-prolifération, et de faire respecter ses décisions.

« Nous appelons tous les membres du Conseil de sécurité à prendre ces responsabilités au sérieux, et à condamner le comportement illicite et dangereux de la RPDC »un écrit la délégation, utilisant les initiales de la République populaire démocratique de Corée, dénomination officielle du pays.

Un haut responsable de l’administration américaine avait déclaré plus tôt dans la journée que le dernier essai de missile effectué par la Corée du Nord portait sur un « missile de plus longue portée […] pouvant frapper beaucoup, beaucoup de pays ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *