« La menace d’espionnage ne cesse d’empirer »

« Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le 24 février, nous avons énormément travaillé sur des menaces potentielles qui pourraient s’aggraver, en particulier dans le domaine économique », déclare le général Éric Bucquet. Astrid Niouwere / licence CC

ENTRETIEN – Au moment de quitter ses fonctions à la tête de la direction du renseignement et de la sécurité de la défense, le général Éric Bucquet fait le point sur l’évolution des menaces depuis 2018.

La direction du renseignement et de la sécurité de la défense (DRSD) est chargée de la contre-ingérence – espionnage, cyber ou économique – au profit des forces et du secteur de la défense : personnels, installations et systèmes du ministère et des entreprises de la base industrielle et technologique de défense (BITD). Nommé en septembre 2018 à sa tête, le général Éric Bucquet quitte ses fonctions. Il devrait céder la place au général Philippe Susnjara.

LE FIGARO. – Qu’a changé la guerre en Ukraine pour la DRSD ?

Éric BUCQUET. – Le contexte a changé. Au-delà même des possibilités de subversions, d’ingérences économiques ou d’espionnage, l’Europe risque tout d’abord de s’affaiblir par rapport aux autres pôles mondiaux, comme les États-Unis et l’Asie. Elle subit les conséquences de la guerre. Depuis le 24 février, nous avons énormément travaillé sur des menaces potentielles qui pourraient s’aggraver, en particulier dans le domaine économique. Nous avons travaillé avec la Direction générale de…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *