La disparition de l’Américaine Hilaree Nelson, légende de l’alpinisme

Le monde de l’alpinisme vient de perdre l’une des plus grandes aventurières de ces vingt dernières années. Mercredi 28 septembre, Hilaree Nelson, 49 ans, a été retrouvée, sans vie, sur la face sud du mont Manaslu, au Népal. Deux jours après que l’Américaine, mère de deux enfants, a atteint son sommet (8 163 m) aux côtés de son compagnon, en montagne comme dans la vie, Jim Morrison.

Une expédition harcelante en raison des « pluies incessantes » récompensés par la mousse, comme expliquait la skieuse sur son compte Instagram. Dans la descente, elle aurait chuté de 25 mètres dans une crevasse située à quelque 8 000 mètres d’altitude.

Hilaree Nelson aura marqué de son empreinte le monde de l’alpinisme. Une vie passée en quête de records. « Skieuse, conférencière, maman et amoureuse des grands espaces sauvages », voilà comme l’Américaine se décrivait.

Née le 13 décembre 1972, Hilaree Nelson grandit à Seattle (État de Washington) et chausse les skis dès l’âge de 3 ans dans la chaîne des Cascades. Mais c’est en France, à Chamonix (Haute-Savoie), qu’elle développe sa fascination pour l’alpinisme. Dans les années 1990, ses études terminées, elle traverse l’Atlantique et pose ses valises au pied du mont Blanc. Elle imagine rester quelques mois, mais ne repartira que cinq ans plus tard.

A la conquête des « premières »

« Nous étions une bande d’Américains irrévérencieux de 22 ans. Nous avons donc été reçus avec beaucoup de scepticisme, racontait-elle au magazine Arrière-pays, en janvier 2020. Je suis encore étonnée de ne pas m’être tuée le premier hiver, parce que je ne connaissais rien. Mais il se passait tellement de choses, il y avait tant à apprendre. Il y avait encore beaucoup de premières descentes à faire, surtout pour une femme. Le ski-alpinisme existe depuis très longtemps à Chamonix, mais il était en grande partie réservé aux hommes, alors j’ai pu choisir des voies qui n’avaient jamais été skiées par une femme antérieure. »

Son passage dans l’Hexagone marquera un tournant dans la carrière de l’Américaine. En 1996, elle soulève le titre de championne d’Europe de ski extrême féminin. La suite, c’est une série de plus de quarante expéditions à travers le monde. De l’alpinisme au ski en pente raide. Des expéditions intenses qu’elle parvient à allier à sa vie de famille auprès de ses deux enfants. En montagne, Hilaree Nelson a deux passions : la grimpe d’abord, la descente en ski extrême ensuite. Ses ambitions l’amènent à la conquête de nombreuses « premières ». Parmi elles, une descente à ski sur l’île de Baffin (Arctique), l’ascension et la descente, toujours à ski, du pic Papsura (Inde).

Aventurière de l’année 2018

L’Américaine a 40 ans lorsqu’elle signe ce qui restera probablement l’un de ses plus beaux exploits : devenir la première femme à réussir l’ascension de deux sommets de 8 000 mètres (l’Everest et le Lhotse) en vingt- quatre heures. Une prouesse dont Hilaree Nelson ne se satisfera pas.

Six ans plus tard, en 2018, elle se lance, avec Jim Morrison, un nouveau pari. Descendre à ski la « Dream Line », couloir du Lhotse, quatrième plus haut sommet de la planète (8 516 m). Le défi, plusieurs fois tenté par le passé, peut effrayer les skieurs les plus aguerris. La descente est vertigineuse avec, par endroits, des couloirs où la pente, à près de 55 degrés, n’est large que de 1,80 mètre. La « Dream Line », le binôme américain la dévalera le 30 septembre 2018. Leur succès est immortalisé par les caméras de Dutch Simpson et Nick Kalisz et donnera lieu à un film de vingt-trois minutes : Lhotse.

Son parcours impressionne. Il lui vaudra le titre d’aventure de l’année 2018 approuvé par National géographique. Dans la foulée, elle arrive à la tête des athlètes de l’équipe The North Face, marque américaine d’accessoires de sports de montagne. Elle succède à Conrad Anker et devient la première femme à occuper ce poste. Son objectif, encourager la pratique féminine des sports de montagne.

« Vous devez prendre des risques si vous voulez apprendre quelque chose sur vous-même. Ce qui m’intéresse, c’est comment nous créons des choses, en étant un peu différent ou en étant passionné », expliquait-elle à la fin du film Lhotse. Passionnée, il ne fait aucun doute, Hilaree Nelson l’était. Avec cette volonté de vivre intensément, parfois au péril de sa vie. Skieur le Manaslu, huitième plus haut sommet du monde, s’inscrivait sur la liste de ses exploits historiques.

Hilarée Nelson en quelques dates

13 décembre 1972 Naissance à Seattle (État de Washington)

1996 Championne d’Europe de ski extrême féminin

2012 Première femme à gravir l’Everest et le Lhotse en vingt-quatre heures

2018 Première descente à ski intégrale du Lhotse

26 septembre 2022 Mort au Népal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *