une étude révèle une nouvelle conséquence de cette ablation de l’utérus

L’hystérectomie est une opération chirurgicale qui consiste à retirer l’utérus, comme l’explique le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) sur son site. Comme toute intervention, il peut y avoir certaines conséquences. Une étude récente, présentée lors de la réunion annuelle de l’Association européenne pour l’étude du diabète (EASD), qui s’est tenue du 19 au 23 septembre à Stockholm (Suède), a d’ailleurs été consacrée à l’ une d’entre elles.

Selon les chercheurs, qui n’ont pas encore rendu leurs travaux publics, l’hystérectomie augmenterait les risques de développer un diabète de type 2, notamment chez les jeunes femmes. Pour arriver à ce constat, ils ont considéré les données de plus de 80.000 personnes de sexe féminin pendant une quinzaine d’années. Toutes ont été suivies dans le cadre de l’étude française « E3N », destiné à évaluer les facteurs de risque associés au cancer et à d’autres « maladies non transmissibles ».

« Les résultats de cette grande cohorte française éprouvée que les femmes qui subissent une hystérectomie avant l’âge de 45 ans ont un risque accumulé de 52% de développer un diabète de type 2 incident » détaille le Pr Fabrice Bonnet, endocrinologue au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rennes et auteur principal de l’étude, dans un communiqué. Il ajoute que ce risque est d’autant plus élevé lorsque « les deux ovaires sont supprimés » pendant l’opération.

De nombreux facteurs ont été analysés afin d’expliquer ces résultats. Les scientifiques (…)

(…) Cliquez ici pour voir la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *