école, transports, hôpital… Un mouvement d’ampleur ?


GRÈVE 29 SEPTEMBRE. Un appel à manifester a été lancé partout en France pour ce jeudi 29 septembre 2022. A quelle mobilisation faut-il s’attendre alors que tous les syndicats n’y participeront pas ? Quels secteurs seront touchés par la grève générale ?

[Mis à jour le 28 septembre 2022 à 17h07] La France, une cocotte prête à exploser ? Depuis quelques semaines, le contexte économique et social se tend dans le pays. La flambée des prix des produits du quotidien, mais surtout ceux de l’énergie, en partie compensée par des aides de l’Etat mais sans effet durable sur les salaires, notamment les plus faibles, et la réforme annoncée des retraites ont fait de cette rentrée 2022 un mois de septembre particulièrement à risques pour le gouvernement. Lequel va devoir affronter sa première grève générale organisée de l’année, jeudi 29 septembre 2022.

Trois principaux syndicats devaient marcher côte à côte dans les cortèges (CGT, FSU et Solidaires) car « remplir le réfrigérateur, accéder à la culture, partir en vacances devient en effet de plus en plus difficile pour bon nombre de travailleurs », explique la CGT . Cependant, deux syndicats ne se déplaceront pas lors des différentes manifestations organisées dans tout le pays : la CFDT et FO. Pour le premier, il s’agit de ne pas aller manifester tous les azimuts et de temporiser encore un peu avant un mouvement général, alors que des contestations par secteur professionnel sont déjà prévues par l’organisation.

Quels secteurs sont concernés par la grève ce 29 septembre ?

Compte-tenu de l’absence de deux principaux syndicats, la mobilisation ne devrait pas être historique dans les cortèges. Par ailleurs, il est à noter que des jours de grève entraînent une suspension du salaire. Compte-tenu des difficultés financières des Français actuellement, la réflexion se mobilise ou non est d’autant plus centrale. Certains privilégieront-ils peuvent-être un mouvement en week-end, à l’image de la mobilisation organisée par la gauche le dimanche 16 octobre 2022, une « initiative nationale [qui] s’inscrira dans la continuité des mobilisations engagées par les syndicats et associations », ont fait savoir dans leur communiqué La France insoumise, le Parti socialiste ainsi qu’Europe Écologie-Les Verts et d’autres organisations, le 16 septembre dernier. L’ L’événement est présenté comme une « grande marche contre la vie chère et l’inaction climatique ». Cependant, là encore, tout le monde ne participera pas. Le Parti communiste ainsi que les syndicats ont d’ores et déjà indiqué qu’ils ne répondront pas à l’appel. Voici tout de même à quoi s’attendre ce jeudi 29 septembre 2022 :

Grève à la SNCF

La SNCF sera mobilisée ce qui impactera fortement le trafic ferroviaire. C’est la circulation des trains TGV INOUI, OUIGO, TER et Transilien (RER, Lignes H, J, N, R) qui sera impactée sur certaines lignes, du mercredi 28 septembre à 19h00 au vendredi 30 septembre à 8h. Les sites internet de la SNCF et les correspondants aux TER afficheront l’état de la circulation le jour J. La SNCF a indiqué que la mise à jour de la circulation de train sera faite au plus tard ce mercredi 28 septembre à 17h sur le site de la SNCF ou via les réseaux sociaux. Il a déjà été annoncé qu’en Normandie seulement un train sur trois circulaires, sans trajets alternatifs en bus. Dans des propositions routières rapportées par Ouest France, la compagnie ferroviaire a justifié cette décision « suite à la pénurie de chauffeurs à laquelle sont actuellement confrontées les sociétés de transport ».

Grève dans les transports urbains

Les transports en commun (bus, trams, métros) seront aussi impactés par les chauffeurs grévistes. Vérifiez le site internet de votre service de transport afin de connaitre les espions de circulation. Certaines villes comme Rennes auront un trafic lourdement touché par la grève, de nombreuses lignes de bus fonctionneront au ralenti ce 26 septembre entre 10h et 16h30 ; d’autant qu’une déviation sera mise en place pour éviter le centre ville où se réuniront les manifestants.

Grève à la RATP

Un préavis de grève interprofessionnel a été annoncé par la CGT-RATP. Le site internet du réseau de transport parisien donne plus de détails quant aux perturbations à venir dans les transports parisiens. Il n’y aurait pas de perturbations impactant les trajets du métro parisien. Pour le RER exploité par la RATP, pas de perturbations supposées sur le RER A ; cependant, le RER B le trafic sera perturbé avec trois trains sur quatre en moyenne. Les usagers de bus de la capitale devront parfois trouver des solutions alternatives car la RATP annonce environ deux bus sur trois « avec certaines lignes très perturbées ». Le trafic des tramways sera moins impacté avec neuf tramways sur dix, sauf la ligne du T3A, elle circulaire uniquement entre Pont du Garigliano et Porte d’Ivry avec un tramway sur deux.

Les lignes du RER C et du RER D, gérées par la SNCF, seront également désactivées. Pour le RER C, les usagers devront prévoir trois trains sur quatre. Les trajets du RED D seront encore plus perturbés, il faudra s’attendre à voir passer un train sur deux.

Grève dans les transports routiers, maritimes et l’aviation

La fédération des transports routiers SUD-SOLIDAIRES a déposé un préavis de grève la journée du 29 septembre. Le trafic maritime pourrait aussi être impacté car la fédération nationale des ports et docks CGT a appelé à la mobilisation sur une durée de 4 heures. Le secteur de l’aviation sera aussi impacté par cette grève interprofessionnelle, l’aéroport de Toulouse-Blagnac affirme que la grève impactera le contrôle aérien du 28/09 à 20h au 30/09 à 6h30.

Grèves dans les écoles et l’Education nationale

Les écoles maternelles et primaires ont l’obligation de se déclarer grévistes au préalable. Les enseignants qui ont fait grève ont l’obligation de prévenir au préalable les conditions d’accueil aux parents, 48h avant le jour de mobilisation. Malgré la grève des enfants ont l’obligation d’être accueillis comme précisé dans la loi du 20 août 2008 accordent un droit d’accueil au profit des élèves des écoles maternelles et élémentaires. Pour ces établissements les familles devraient être prévenues au plus tard mardi 26 septembre au soir. Cependant, pour les établissements du secondaire, les collèges et les lycées ne peuvent savoir quels enseignants seront absents, car ces derniers n’ont pas l’obligation de se déclarer gréviste à l’avance.

Le syndicat national des enseignements du second degré (SNES) en association avec la FSU réclame dans l’immédiat, l’augmentation des rémunérations d’au moins 10% « pour préserver les conditions de vie de l’ensemble des agents et agents du service public », « un rattrapage des pertes de pouvoir d’achat » et « une revalorisation des carrières ».

La CGT des Services Publics appelle aussi les Atsem (agents territoriaux présents dans les classes des écoles maternelles) à se mobilier. Les services comme la restauration scolaire, les activités périscolaires et les crèches peuvent également être impactés.

Grève dans les services publics et la santé

Les fonctionnaires sont appelés à participer à la grève nationale (mairie, services publics…). La Fédération CGT santé action sociale appelle aussi les secteurs de la santé, de la protection de l’enfance, du handicap et du grand âge à rejoindre la mobilisation. La mobilisation dans le monde hospitalier a eu lieu avant ce 29 septembre. Les trois syndicats hospitaliers signataires la FO, la CFDT, l’UNSA avaient lancé un préavis de grève dès le mardi 27 septembre. Certains hôpitaux y ont répondu, une partie du personnel de l’hôpital de Brocéliande était en grève manifeste contre la surpression des lits, la fermeture du service de soin et « des conditions de travail dégradées ». Ce même mardi en Moselle une trentaine de soignants, et les membres de l’hôpital Robert-Pax de Sarreguemines ont fait part de leurs mécontentements pour manque de personnels.

Où ont lieu les manifestations du 29 septembre 2022 ?

La CGT a dévoilé une carte interactive pour visualiser où seront les lieux de rassemblement. Dans des propositions rapportées par la Voix du Nord, la secrétaire confédérale de la CGT, Céline Verzeletti, annonce plus de 200 lieux de mobilisations. Une source policière déclarée à l’AFP que le rassemblement parisien réuniait « entre 3000 à 6000 personnes ». Un chiffre en déca des autres manifestations lors des grèves du 27 janvier et du 17 mars 2022.

  • Paris : Manifestation à 14h, Place Denfert-Rochereau
  • Rennes : Manifestation à 11h, Place Charles-de-Gaulle
  • Bordeaux : Manifestation à 11h30, Place de la République
  • Carcassonne : Manifestation à 14h, Portail des Jacobins
  • Toulouse : Manifestation à 14h, Place Arnaud Bernard
  • Rouen : Manifestation à 10h, Cours Clémenceau
  • Caen : Manifestation à 11h, Place St Pierre
  • Nice : Manifestation à 10h, au Jardin Albert
  • Marseille : Manifestation à 10h aux Mobiles (en haut de la Canebière)

Quelles sont les revendications des grévistes ?

L’une des principales revendications de cette mobilisation générale est l’opposition des syndicats à la très contestée réforme des retraites impliquant un recul à 65 ans de l’âge de départ à la retraite. Ce 27 septembre au micro de BFMTV, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a exhorté Emmanuel Macron à faire preuve « d’un peu plus d’humilité » à ce sujet considérant qu’il devait « écouter » car la majorité des Français serait contre cette réforme qu’il a qualifiée « d’aberration ». Pour le secrétaire général de la CGT, « quand il y a autant de chômeurs dans ce pays garder plus longtemps ceux qui ont du boulot au boulot, ça veut dire empêché ceux qui n’en ont pas d’en trouver. »

La CGT, dans son communiqué, réclame une « réelle réflexion autour des salaires ». Pour les travailleurs « remplir le réfrigérateur, accéder à la culture, partir en vacances devient en effet de plus en plus difficile ». Voici les principales revendications :

  • augmenter le SMIC brut à 15 € de l’heure, contre 11,07 € actuellement ;
  • un revenu au niveau du SMIC pour les personnes sans emploi ;
  • une allocation autonomie pour les étudiants et les jeunes en recherche d’un premier emploi ;
  • une revalorisation des pensions de retraite (minimum de 2 000 € brut) ;
  • égalité salariale entre les hommes et les femmes ;
  • un salaire de base minimum en fonction du niveau de qualification (au moins 2 800 € pour un BAC, 3 200 € pour un BTS-DUT…) ;
  • un meilleur salaire pour les apprentis ;
  • abaissement du taux de TVA à 5,5 % pour les produits de première nécessité ;
  • baisser les loyers ;
  • la diminution du prix des carburants ;
  • l’arrêt des exonérations des cotisations fiscales et sociales.

D’autres grèves en perspective ?

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, invité de l’émission de Sonia Mabrouk ce lundi 26 septembre a prévenu d’un risque de forte mobilisation si la réforme des retraites s’est transmise en force. Il a informé qu’il y aurait « une opposition qui sera frontale, de la part des organisations syndicales et notamment de la CFDT ». Le 3 octobre prochain seront invités dans les locaux de l’UNSA l’ensemble des syndicats Français. Peut-être l’occasion de s’accorder sur la date d’une future grève nationale ?

1 réflexion sur “école, transports, hôpital… Un mouvement d’ampleur ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *