le fondateur du stablecoin Terra USD, Do Kwon, recherché par Interpol

Le Coréen Do Kwon est désormais recherché dans le monde entier. L’effondrement de cet actif numérique censé être arrimé au dollar a laissé beaucoup d’investisseurs sur le carreau.

Après le mandat d’arrêt émis par la Corée du Sud, Do Kwon, le fondateur du stablecoin Terra USD fait maintenant l’objet d’une notice rouge d’Interpol, à la demande de procureurs sud-coréens, selon l’agence Bloomberg . L’entrepreneur crypto est accusé par la justice coréenne d’avoir violé la « loi nationale sur les marchés des capitaux ».

Sur Twitter, Do Kwon avait pourtant indiqué le 17 septembre qu’il n’était pas « en fuite » et qu’il collaborait avec les autorités.

Au printemps dernier, l’effondrement du Terra USD, cet actif numérique censé rester arrimé au cours d’un dollar américain, avait ajouté à la panique sur des marchés de cryptoactifs déjà très fébriles. Très utilisée dans le nouveau monde de la finance décentralisée, la chute brutale de ce cryptoactif avait entraîné dans son sillage celle d’entreprises vivantes de sa vente et de sévères pertes estimées à 40 milliards de dollars pour des investisseurs à travers le monde.

Ce stablecoin algorithmique (un mécanisme complexe jouant sur un arbitrage entre offre et demande) avait été imaginé par Do Kwon, un Sud-coréen de 31 ans à l’origine de la blockchain Terra et de ses jetons Terra USD et Luna.

Après avoir promis et tenté à plusieurs reprises des plans de sauvetage pour le stablecoin, Do Kwon aurait fini par disparaître des radars. Le dernier endroit connu est Singapour, d’où il avait accordé une interview en août. Mais la police de cette cité-État. a affirmé qu’il ne s’y trouve plus.

Cette notice rouge d’Interpol permettra aux services de police sud-coréens d’obtenir l’aide de leurs homologues du monde entier pour le localiser et l’arrêter en vue d’une extradition. Le ministère des Affaires étrangères coréen a déjà révoqué son passeport. Plusieurs enquêtes criminelles ont été ouvertes autour de cette affaire.

À VOIR AUSSI – Cryptomonnaies : « Le secteur ne va pas disparaître », assure le patron de Binance

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *