bientôt un traitement contre le glioblastome ?

Le glioblastome est le cancer cérébral le plus fréquent chez l’adulte. Des chercheurs américains ont peut-être trouvé un traitement contre ce cancer du cerveau.

Chaque année, environ 2 400 nouveaux cas de glioblastome sont déterminés en France selon les chiffres donnés par le laboratoire Roche. Généralement, l’espérance de vie médiane des patients est de 15 à 17 mois avec un taux de survie de 5 % à cinq ans.

Les scientifiques ont découvert que les protéines de l’horloge circadienne – celles qui contrôlent les rythmes naturels du corps humain – pourraient être influencées dans la croissance et la prolifération de cette tumeur. Ainsi, ils ont identifié un médicament à petite molécule, sous le nom de SHP656, capable de cibler ces protéines. Ce dernier pourrait s’avérer efficace pour traiter la maladie. « Il s’agit d’une molécule puissante qui nous passionne en termes de potentiel de déploiement contre le glioblastome« , s’est réjoui le Pr Steve Kay, de la Keck School of Medicine de l’USC. Ces conclusions ont été publiées dans Actes de l’Académie nationale des sciences. »

Essais cliniques

« Chez la grande majorité des patients, le cancer réapparaît. Et quand il revient, il résiste à la valorisation et aux radiations», a expliqué le Pr Kay. Selon lui, ce phénomène se produit certainement car un petit nombre de «cellules souches cancéreuses » sont laissées après la chirurgie, la valorisation et la radiothérapie. Ces cellules souches peuvent se multiplier et se propager très rapidement dans l’organisme. Dans un communiqué, les chercheurs rapportent que « les cellules souches cancéreuses détournent la machinerie de l’horloge circadienne du corps, leur permettant de se propager plus rapidement et de résister aux effets de la stimulée et de la radiothérapie« . Ce nouveau médicament permet donc de réguler ce phénomène et de traiter efficacement ce cancer.

Les essais cliniques sont en cours, l’équipe scientifique espère commencer la phase chez les patients atteints de glioblastome d’ici deux à trois ans.

VIDÉO – Dr Christian Recchia : « C’est le premier cancer, tous sexes confondus, alors il faut y penser »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *