Procès du drame de Millas suspendu après le malaise de la conductrice du bus : « Cette femme nous devons des explications pour nos enfants », réagit Fabien Bourgeonnier

Jeudi soir, le procès du drame de Millas qui a repris à Marseille le 19 septembre, a été suspendu après un malaise de la conductrice du bus, Nadine Oliveira. Fabien Bourgeonnier, le père de Loïc décédé dans la catastrophe du 14 décembre 2017, craint que la prévenue ne revienne pas à l’audience.

« Depuis le 14 décembre 2017 nos vies ont été gâchées par ce terrible drame survenu sur ce passage à. niveau entre ce car scolaire et un TER. Je parlerai aujourd’hui en mon nom de père ayant vécu une atrocité et dont le fils a, lui, reçu la peine capitale sans jamais avoir été jugé pour un crime »explique dans un communiqué Fabien Bourgeonnier, père de Loïc décédé dans la collision tragique.

A lire aussi :
Procès du drame de Millas : au bout de deux jours de larmes, la conductrice du bus s’effondre

« Pourtant beaucoup de doutes et de questions sont en suspens. Le passé de cette conductrice : sa prise de médicaments et son manque de sommeil, sa dépression présumée. Ce 14 décembre, la date du décès de son père survenu en 2009 at-elle une incidence sur la mort de nos enfants et at-elle pris le risque de blesser d’autres enfants lors de ce drame ? »écrit-il.

« Le fait de dire « on a quand même un sentiment de culpabilité » De qui parle-t-elle ? Beaucoup de questions, qui je sais, choquent des gens qui depuis le début ont pris partie, au détriment des enfants victimes de ce drame à qui on doit des réponses. Cette femme leur doit des explications », poursuivre-il.

A lire aussi :
Procès du drame de Millas – Fabien Bourgeonnier : « Il n’y a pas de justice possible pour nous rendre Loïc »

« Jeudi, nous les familles en souffrance, étaient présentes lors de son audition. Depuis bientôt cinq ans, nous nous taisons, pleurons en silence et nous nous sommes rendus à ce procès avec dignité, sans cris ou insultes juste pour connaître la vérité »à-il réagi ce vendredi 23 septembre.

A lire aussi :
Procès du drame de Millas – Fabien Bourgeonnier, père d’une des victimes : « La conductrice du bus n’a montré aucune empathie envers nos enfants »

« Mais aujourd’hui, face aux questions de la partie civile qui la met à mal, elle fait un malaise et doit être hospitalisée ! Va-t-on être obligé, encore une fois, de subir tout ça et devoir assister à notre procès sans sa présence ? Ne pouvant pas poser les questions importantes et recevoir les réponses auxquelles nous les victimes ont droit. Sachant que d’autres experts vont témoigner, à qui poser les questions dans ce cas ? »conclu Fabien Bourgeonnier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.