Le gouvernement veut mettre en place une nouvelle prime de 50€ à cause de l’inflation !

Une nouvelle prime en vue pour les usagers des transports en commun. En effet, l’exécutif entend créer un chèque transports pour les plus modestes. Ce sera fait dans le cadre de la lutte contre l’inflation, comme pour d’autres aides. Ce chèque transport aura une valeur de 50 euros.

Un chèque transport de 50 euros

Nous nageons depuis le début de l’année dans une période d’inflation plus qu’inquiétante. Les prix ne cessent de monter, et ce, dans tous les secteurs. Face à la flambée de l’énergie, le coût du transport devrait encore augmenter l’an prochain.

Mauvaise nouvelle pour les usagers des transports en commun, notamment les plus modestes. Cela étant, le gouvernement entend faire un geste pour certains usagers. En effet, nos confrères du Parisien disent que l’exécutif devrait mettre en place un chèque transport de 50 euros.

Ce qui ne serait pas de refus pour les Français qui se démène dans la lutte contre l’inflation. Le gouvernement voudrait proposer cette prime dans le cadre du projet de loi de finances 2023. On en saura plus là-dessus la semaine prochaine.

Un chèque transport pour les plus modestes

Dans cette lutte contre l’inflation, ce sont English les plus modestes qui sont les plus exposés. En plus des factures, des loyers et des denrées alimentaires, il y a aussi le frais des transports en commun.

De plus, ce dernier va encore monter l’an prochain. Cette nouvelle prime du gouvernement sera donc la bienvenue. Cependant, cette aide pour compenser l’inflation ne sera pas pour tous les abonnés des transports en commun.

En effet, ce chèque transport de 50 euros sera uniquement pour les plus modestes. Cependant, les classes moyennes, enfin une partie, pourraient aussi en bénéficier. Pour l’heure, on n’en sait encore rien par rapport au nombre précis de bénéficiaires.

Source : Pexels

Selon une source proche du dossier « tout dépendra si on s’arrête à la classe moyenne inférieure ou supérieure ». La source indique au Parisien que les arbitrages ne sont pas encore complètement rendus.

L’État financiera le chèque

Cette prime de transport n’inclura pas non plus les usagers des TGV. Les seuls éligibles à ce chèque transport seront les abonnés des transports du quotidien (TER, Transilien…).

Il est important de préciser que c’est l’État qui directement financera le chèque. C’est aussi l’État qui le distribue. Ce qui dispense les régions de plus de charges. En effet, les régions subventionnent déjà les billets des TER à hauteur de 75 %.

Ce sont elles qui ont la gestion desdits billets. Jean-Pierre Farandou, le patron de la SNCF, a confirmé, la semaine dernière, la hausse probable des prix des billets de train en 2023.

Ce, alors que la facture d’électricité de SNCF Voyageurs Devrait grimper de 1,6 à 1,7 milliards d’euros. Une partie de cette somme (la moitié) concernera les TER et Transilien. L’autre moitié concernera les TGV.

Une mesure timide par rapport à celle de nos voisins

Cette mesure, des associations d’usagers l’ont réclamée depuis de longs mois. Par ailleurs, d’autres pays européens ont déjà pris des mesures de ce genre. Cela étant, cette première que veut offrir le gouvernement s’avère timide comparée à ce que nos voisins ont déployé.

En effet, en Espagne, ils ont mis en place, fin août, un dispositif qui prévoit la gratuité. Les abonnées des lignes publiques régionales et de banlieue pourraient en profiter durant une période de quatre mois.

Cette mesure concerne les réseaux de proximité dans les zones périurbaines des grandes villes. Notamment celles de Madrid, Barcelone, Valence ou Séville. De plus, si nécessaire, cette mesure pourrait être reconduite au-delà du 31 décembre.

Source : Pexels

Le gouvernement espagnol estime que cette mesure permet une économie allant jusqu’à 370 euros par personne à Madrid. 330 euros à Barcelone alors que dans le pays, l’inflation dépasse les 10 %.

Un voyage de 9 euros par mois en Allemagne

En Allemagne, les Allemands ont pu voyager pour 9 euros par mois pendentif trois mois. Et ce de manière illimitée sur les réseaux locaux et régionaux. Ils ont mis en place la mesure entre juin et fin août et le succès a été sans précédent.

Ils ont dépensé plusieurs millions de tickets durant cette période. Aujourd’hui, le gouvernement réfléchit sur un nouveau dispositif pour prendre le relais de cette mesure. À noter que celle-ci a coûté plus de 2,5 milliards d’euros.

Cela étant, grâce à cette mesure, ils ont pu économiser 1,8 millions de tonnes d’émissions de COD. 10 % des utilisateurs ont renoncé à au moins un trajet par semaine effectué d’ordinaire en voiture.

La prime de 50 euros du gouvernement français suffira-t-elle donc à satisfaire les usagers des transports en commun?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.