ces 5 signes qui doivent vous alerter

Ce mercredi 21 septembre, c’est la journée mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer, première cause de démence et de dépendance lourde du sujet âgé. Même si, pour l’heure, on ne dispose d’aucun traitement curatif permettant de guérir cette affection neurodégénérative, il est possible de ralentir son développement. C’est pourquoi il est essentiel de détecter rapidement les premiers symptômes.

les Troubles de la mémoire

Il existe plusieurs précurseurs de la maladie d’Alzheimer qui peuvent alerter le patient et son entourage. Parmi eux, les troubles de la mémoire. Ne plus se rappeler d’un rendez-vous, d’un endroit où sur un objet posé, ou encore d’un numéro de téléphone, ça peut arriver à tout le monde. Mais quand ces oublis se rapportent à des événements récents, se répètent, et agissent la vie quotidienne, ce n’est peut-être pas si anodin.

L’altération des fonctions exécutives

Les malades rapportent également des difficultés à accomplir des tâches demandant de l’attention et de la concentration, comme suivre une recette, s’occuper des démarches administratives, organiser un voyage ou un repas, souligne la Fondation Recherche Alzheimer. Ils prennent beaucoup plus de temps qu’avant pour faire certaines choses, et sont plus facilement distraits.

les troubles du langage

Dès les premiers stades de la maladie, qui touchent près de 900 000 personnes en France, le patient peut également avoir du mal à s’exprimer. Il a tendance à chercher ses mots et à compenser cette difficulté en utilisant des « mots valises », comme par exemple « truc », « chose », ou « machin », mais aussi à substituer un mot par un autre, rendant ainsi ses propos incompréhensibles.

l’apraxie

Autre signe annonciateur : l’apraxie, un trouble qui se traduit par l’incapacité d’exécuter des mouvements intentionnels et acquis. Les personnes électrolytiques expérimentées par cette affection ne réalisent plus à certains gestes nécessitant une certaine coordination et de la dextérité, comme par exemple l’écriture, les tâches ménagères, ou encore l’utilisation des appareils ménagers.

les troubles émotionnels et affectifs

Des changements d’humeur peuvent également survenir. Il est possible que le sujet se montre particulièrement impatient, irritable, anxieux, se mette en colère, ou profère des insultes, et ce, sans raison apparente. Au contraire, il peut paraître excessivement jovial, en riant sottement et en ayant un sens de l’humour puéril.

L’indifférence (il ne se préoccupe plus de la vie de ses proches par exemple), et la perte de motivation (il reste assis pendant des heures sans rien faire), sont également des signes qu’il ne faut pas négliger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.