Cac 40 : Encore sonnée par les hausses de taux, la Bourse de Paris poursuit sa chute

(BFM Bourse) – Le CAC 40 recule nettement à la mi-séance et ne se remet pas du durcissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale. Airbus résiste toutefois à cette mauvaise tendance grâce à des annonces sur la politique de retour à l’actionnaire.

La semaine aura été rude pour la Bourse de Paris qui a dû encaisser un regain de tensions ukrainiennes dans le conflit et surtout les annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed). Encore sonné par les annonces de la banque centrale américaine, le CAC 40 perd 2,13% vers 12h55 à 5.792,47 points, après avoir déjà cédé environ 1,9% la veille. Sur l’ensemble de la semaine, l’indice parisien se dirige vers une baisse de plus de 3,5%.

« La majorité des grandes banques centrales grâce à leur chevauchée fantastique pour lutter contre les pressions inflationnistes. La course au resserrement de la politique monétaire peut être qualifiée d’historique par son ampleur et sa vitesse », souligne Sebastian Paris Horvitz, de La Banque Postale Asset La gestion.

La Fed veut aller vite

Pour cet intermédiaire financier, « il n’y a aucune ambiguïté sur la direction de la politique monétaire pour les mois à venir. Non seulement les hausses vont se poursuivre, mais celles-ci se feront à pas rapide ». « En fait, la Fed veut se diriger rapidement vers une politique monétaire qui sera clairement restrictive, soit vers des taux réels positifs », ajoute-t-il.

« Avec la forte hausse des taux de mercredi qui devrait se poursuivre tout au long de l’année aux États-Unis (et dans le monde) se pose alors la question de savoir quelles seront les conséquences sur l’économie réelle », développe de son côté John Plassard, spécialiste en investissement chez Mirabaud.

Du côté des indicateurs, les indices PMI de la zone euro, qui mesurent l’activité du secteur privé dans l’union monétaire, n’ont peut-être pas été prospères. L’indice composite, qui regroupe l’activité manufacturière et des services, est établi à 48,2 en septembre soit un plus bas de 20 mois. Pour rappel, un PMI en-dessous de 50 indique une contraction de l’activité, au-dessus de 50 son expansion. « Les enquêtes PMI de septembre sont cohérentes avec une légère baisse du PIB de la zone euro au troisième trimestre », juge Capital Economics.

L’euro plonge

. Sur les autres autres marchés, l’euro recule de 0,7% face au dollar, à 0,9766 dollar, un plus bas de 20 ans, le billet vert bénéficie de son statut de valeur refuge. Les cours du pétrole se répondent également. Le contrat sur le Brent pour livraison en novembre perd 2% à 87,79 dollars tandis que de même échéance sur le WTI coté sur le Nymex recule de 2,2% à 81,67 dollars.

Du côté des valeurs, le rouge est évidemment de rigueur et les équipements automobiles présentent tout particulièrement. Faurecia perd 6,2%, Valeo abandonne 4,8% tandis qu’Akwel, qui a publié des résultats semestriels en forte baisse, abandonne 2,1%.

Le groupe de conseil en transformation en entreprises Micropole plonge de 15%, ses résultats semestriels ayant été rognés par les coûts nécessaires pour attirer les talents.

Airbus résiste, et prend 0,3%, signant la seule hausse du CAC40 après que sa direction s’est engagée à améliorer le retour à l’actionnaire, évoquant de possibles rachats d’actions.

M6 de son côté prend 8,2 %, bénéficie toujours d’un intérêt spéculatif alors que son propriétaire RTL Group a décidé de remettre à la vente sa participation de 48 % dans le groupe audiovisuel français.

Bic de son côté prend 2,2 % soutenu par UBS qui a initié sa couverture à l’achat sur la valeur.

Julien Marion – ©2022 BFM Bourse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.