au moins soixante et onze personnes meurent noyées dans le naufrage de leur bateau

C’est le naufrage au bilan le plus meurtrier de tous ceux récensés depuis le début du phénomène d’émigration illégale en partance du Liban. Au moins 73 migrants sont morts noyés au large de la Syrie après que leur bateau parti du Liban a coulé, a annoncé vendredi 23 septembre Hassan Al-Ghoubach, le ministre de la santé syrienne, selon un « bilan temporaire ». « Vingt personnes se font soigner à l’hôpital Al-Basel » de Tartous, ville côtière syrienne, a ajouté le ministre dans un communiqué.

« Selon des survivants, l’embarcation a quitté le port de Minieh [distant d’une cinquantaine de kilomètres de Tartous]dans le nord du Liban, il y a quelques jours »a déclaré jeudi dans la journée le directeur général des ports syriens, Samer Kbrasli, dans un communiqué publié par le ministère des transports. « Une assistance en oxygène est fournie à la plupart des victimes et certaines d’entre elles ont été remarquables en soins intensifs »a ajouté la même source, comprenait que tous les soignants de la région étaient mobilisés.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Au Liban, un discours politique anti-réfugiés syriens

Vive colère dans le pays

En raison de la grave crise économique dans laquelle est plongé le Liban, des réfugiés syriens et palestiniens, ainsi que des Libanais ont tenté ces derniers mois de traverser la Méditerranée à bord d’embarcations de fortune en direction de pays européens, en particulier de l ‘île de Chypre, située à 175 kilomètres des côtes libanaises.

En avril, le naufrage d’un bateau de migrants surchargé, pourchassé par la marine libanaise au large de Tripoli (Nord), avait fait six morts et provoqué une vive colère dans le pays. Selon l’Organisation des Nations unies, au moins trente-huit bateaux transportant plus de mille cinq cents personnes ont quitté ou tenté de quitter illégalement le Liban par la mer depuis 2020.

Le 13 septembre, les gardes-côtes turcs ont annoncé la mort de six migrants, dont deux nourrissons, et secouru soixante-treize personnes qui tentaient de gagner l’Europe, au large de la province de Mugla (Sud-Ouest). Leur nationalité n’a pas été immédiatement mentionnée, mais elles auraient déposé du port libanais de Tripoli pour tenter de gagner l’Italie, ont rapporté les gardes-côtes en citant des personnes secourues.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Tunisie, « partir clandestinement est désormais un projet collectif et assumé »

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.