Renaissance, un nouveau parti pour réactiver le « dépassement » macroniste

Samedi soir 17 septembre, les partisans d’Emmanuel Macron ont assisté à une double cérémonie. L’enterrement de La République en marche (LRM) et le baptême de leur nouveau parti, Renaissance. Dans un lieu symbolique, le Carrousel du Louvre, sous la pyramide où le chef de l’Etat avait fêté sa première élection le soir du 7 mai 2017, les résultats du vote des adhérents ont été sans surprises : 87 % ont approuvé les nouveaux statuts , 96 % le corpus des valeurs et 83 % la nouvelle gouvernance (le nombre de participants n’a pas été communiqué). A la tête de cette liste unique, le président du groupe Renew au Parlement européen, Stéphane Séjourné, devient donc le nouveau secrétaire général du parti présidentiel. Sa mission est d’abord de le faire exister.

En marche !, devenu LRM avant les élections législatives de 2017, avait accompagné Emmanuel Macron dans sa conquête du pouvoir. Mais cette formation où l’on pouvait adhérer d’un simple clic n’a jamais pesé. Ni sur les ministres, ni sur Matignon, ni sur l’Elysée… Samedi soir, la première ministre, Elisabeth Borne, a proposé que Renaissance soit « l’aiguillon » d’un exécutif confronté à de multiples crises (Ukraine, énergétique, climatique). « Nous sommes dans une période de bouleversements. De bascules, disait le président de la Républiquea indiqué la première ministre devant la plupart de ses ministres, assis au premier rang. Ces bouleversements majeurs, nous sommes déterminés à les accélérer, parfois même à en faire des accélérateurs dans une période où certaines transformations ne sont plus des options. »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les macronistes cherchent toujours une ligne politique claire

Pensé par Stéphane Séjourné, en lien étroit avec Emmanuel Macron, Renaissance est un parti plus classique dans son organisation. Même si un statut de sympathisant existera, les adhérents devront payer une cotisation. Et il aspire à combler une des lacunes du macronisme : l’ancrage territorial. Des comités locaux et des bureaux départementaux vont être créés. Sa mission sera aussi de préparer les échéances électorales, tout en restant fidèle à la stratégie d’Emmanuel Macron : le dépassement, thème clé de la soirée de samedi et ciment des macronistes depuis 2016.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Tout le monde a plus de latitude » : les macronistes à l’heure de l’émancipation

Appel à l’unité

Dans une vidéo projetée, Emmanuel Macron a tenu à exprimer sa « reconnaissance » et sa  » Reconnaissance «  envers ses « marcheurs » de la première heure. « Nous avons besoin aujourd’hui et demain de continuer la formidable aventure politique du dépassement réalisée en 2016. (…) Nous avons su réconcilier tant de femmes et d’hommes qui jusque-là ne travaillaient pas ensemble, et c’est unis et regroupés que nous allons ouvrir un nouveau chapitre de la vie politique de notre pays »at-il déclaré, tout en appelant son parti à éviter les divisions : « Sans l’unité, les extrêmes l’emporteront. » « Si les forces progressistes n’avancent pas ensemble, elles perdent ensemble »a de son côté averti Stéphane Séjourné.

Il vous reste 44,32% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.