Peugeot 308 Coupé. La Toyota GR86 mange du Lion virtuellement

Après avoir mis en commun leurs forces dans le segment des citadines ou des utilitaires, Toyota et Peugeot pourraient-ils s’associer pour faire revivre une sportive chez la marque au lion ? C’est ce qu’a imaginé la chaîne YouTube Theottle en transformant une GR86 en 308 Coupé, baptisée 3086.

Par

Johann Leblanc

Publié le

La chaîne YouTube Theottle a imaginé ce que donnerait la transformation d’une Toyota GR86 en Peugeot 308 Coupé.

Théottle


Depuis la disparition du RCZ, en 2015, les designers amateurs ont été nombreux à imaginer ce que pourrait donner le retour d’un coupé chez Peugeot. Spécialisée dans les photomontages, la chaîne YouTube Theottle vient s’ajouter à cette longue liste. Mais, pour son travail, elle a choisi une base assez originale : celle de la Toyota GR86. Moyennant de nombreux clics de souris effectués avec soin, la sportive japonaise devient méconnaissable. Elle adopte les phares acérés, les feux de jour en forme de crocs et la grande calandre de la dernière Peugeot 308, qui ne paraissent pas hors de propos sur ce coupé 2 + 2. Rappelons d’ailleurs que le RCZ avait, lui, choisi de partager l’essentiel de son faciès avec la première génération de ce compact au lion, du moins jusqu’à son restylage de mi-carrière. La poupe du coupé nippon est également modifiée dans le même esprit, avec l’arrivée de minces optiques arrière reliées par un bandeau noir et de la fameuse signature lumineuse à trois griffes.

Une collaboration pas si fantaiste

Cette Peugeot 3086, telle que Théottle l’a baptisée, se pare ici du vert choisi comme couleur de lancement pour la 308 Berline. Elle reprend également l’idée d’apposer le nouveau logo du Lion sur les ailes avant. En revanche, sa silhouette, ses rétroviseurs, des vitres latérales ou encore son becquet façon queue de canard rappellent que cette création virtuelle dérive bien d’une GR86. Un choix qui répond à une certaine logique. Jusqu’à récemment, Toyota et Peugeot avaient en effet un partenariat pour la production de leurs petites citadines du segment A, les 108 et Aygo. Aujourd’hui, seule la marque japonaise a décidé de rester dans cette catégorie avec sa récente Aygo X, mais elle continue à se fournir dans le groupe Stellantis pour ses utilitaires. Une collaboration dans le monde des coupés n’aurait donc rien d’impossible. Surtout que la GR86 est déjà issue d’une association avec Subaru, alors que sa grande sœur GR Supra a, elle, a été développée conjointement avec la troisième mouture du roadster BMW Z4.

Un coupé Peugeot propulsion 100 % virtuel

On pourrait aussi ajouter qu’Akio Toyoda, le patron de Toyota, et Carlos Tavares, son homologue chez Stellantis, font partie des rares capitaines d’industrie à pratiquer régulièrement le sport automobile. Mais alors que le premier a reçu au lancement de toute une gamme de sportives de route chez le constructeur japonais, à l’image de la GR Yaris, le second s’est montré beaucoup plus réservé sur le sujet. Il a privilégié une approche sensible plus pragmatique, en accordant d’abord l’accent sur les modèles les plus louables. Il est donc inutile de trop rêver : cette 3086 n’a aucune chance de devenir réalité. Elle aurait certes permis à Peugeot de renouer avec la propulsion en même temps qu’avec une longue tradition de coupés, mais le contexte actuel n’est clairement pas favorable à une telle sportive. D’autant que la base de la GR86 n’est pas prévue pour recevoir autre chose qu’un moteur thermique et ne pourra être adapté au nouveau règlement GSR II, qui rendra certains équipements de sécurité obligatoires sur toutes les voitures neuves en juillet 2024. La carrière européenne de cette sportive nippone sera donc arrêtée dans moins de deux ans.

Image média

Image

Peugeot 3086

Cette Peugeot 3086 adopte des feux arrière typiques de la marque au lion mais garde le becquet façon queue de canard de sa matrice japonaise.

Théottle

Étiquettes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.