Laurent Berger met en garde contre un passage en force, « la CFDT sera en opposition frontale »

Laurent Berger n’a pas mâché ses mots. Interrogé sur le plateau de l’émission « Questions politiques », dimanche 18 septembre, sur le projet du gouvernement d’intégrer la réforme des retraites par le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) présenté le 26 septembre en conseil des ministres, le secrétaire général de la CFDT a déclaré que le syndicat serait « en opposition frontale ».

« Quelle que soit la décision du couple de l’exécutif (…) d’intégrer une réforme des retraites dans le PLFSS avec un rapport de l’âge légal de la retraite, nous serons en opposition frontale », avertit Laurent Berger. Et d’insister : « La CFDT sera vent debout et en opposition. » M. Berger a également menacé de quitter le Conseil national de la refondation (CNR) en cas de passage en force : « La CFDT quitte le CNR (…)il y aurait dloyautéat-il poursuivi. Le président a été élu par les citoyens qui ont voté contre le candidat d’extrême droite. Et il leur marcherait sur la gueule maintenant ? » Opposé notamment au rapport de l’âge légal dans le cadre de cette réforme voulue par Emmanuel Macron, M.Berger a révélé que ce projet « n’est pas urgent ».

Dans un entretien publié dans Le Monde au mois d’août, le secrétaire général de la CFDT avait déjà doté une vive opposition à cette réforme : « Si le pouvoir exécutif cherche à reporter l’âge légal de départ à la retraite de façon brutale, pour réduire les dépenses de pension, il ira dans le mur. Il n’y a pas d’acceptation sociale sur le sujet »prévenait-il.

Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.