Pourquoi les anciennes républiques soviétiques s’enflamment à nouveau

ENTRETIEN – Arménie et Azerbaïdjan, Tadjikistan et Kirghizstan… Sur fond de guerre en Ukraine, les anciennes républiques soviétiques sont secouées par des conflits. Pour le spécialiste de l’URSS Thierry Wolton, c’est tout un «modèle» qui est en train de se craqueler.

Thierry Wolton est journaliste et essayiste. Parmi ses nombreux ouvrages remarqués, signalons Une histoire mondiale du communisme parue en trois tomes chez Grasset : Les Bourréaux (2015), Les Victimes (2016), Les Complices (2017), couronné par le prix Aujourd’hui 2018. L’auteur y relate les conséquences de l’application de cette idéologie au XXe siècle et ce qu’il en reste de nos jours dans le monde.


LE FIGARO.- Russie contre Ukraine, Arménie contre Azerbaïdjan, Tadjikistan contre Kirghizistan : commentaire expliquant l’inflammabilité des républiques d’ex-URSS depuis quelques mois ?

Thierry WOLTON.- À l’époque de l’URSS, tous ces pays n’avaient plus d’identité nationale puisqu’ils appartenaient à la grande communauté socialiste. Leurs dirigeants, tous communistes, ont dû obéir à Moscou. «Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes», proclamé par Lénine après octobre 1917, n’a jamais vu le jour. Dans les faits, la Russie bolchevique, qui va devenir l’Union des républiques socialistes…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.