Mathias Pogba et quatre hommes déférés, deux déjà incarcérés

Tentatives de racket à plusieurs millions d’euros, vidéo menaçante, pressions… Les implications dans les extorsions dénoncées par le footballeur Paul Pogba commencent à se dessiner avec le défèrement de son frère aîné Mathias Pogba et de quatre hommes, dont deux ont déjà été incarcérés samedi après-midi. Les cinq hommes, âgés de 27 à 36 ans, étaient présentés depuis samedi matin à un juge d’instruction, selon une source judiciaire, qui a précisé que le parquet avait requis le placement en détention des cinq suspects.

Samedi en fin d’après-midi, au moins trois hommes avaient déjà été mis en examen et deux incarcérés. «Je regrette cette décision, même si elle a été réclamée pour le protéger notamment», a réagi Me Romain Boulet qui a défendu un homme de 33 ans, incarcéré. «Il est victime d’une manipulation et de menaces des maîtres chanteurs, au même titre que Paul Pogba. C’est un piège qui s’est refermé sur lui», at-il révélé.

Le deuxième, âgé de 36 ans, a déjà été condamné à deux reprises pour des faits de nature criminelle, a précisé une source proche du dossier. Il portait une attelle lors du débat devant le juge des libertés et de la (JLD), assurant, selon cette source, avoir été blessé par balle à un bras dans le cadre de l’affaire Pogba.

« Ils se contredisent et mentent »

Un troisième suspect devait passer vers 18h30 devant le JLD qui statue sur la détention. Au cours de leur garde à vue à l’Office central de lutte contre la criminalité organisée (Oclco), les suspects ont dit être «victimes d’individus dont ils refusent de donner les noms», a expliqué à l’AFP une source proche de l’enquête. Mais, « ils se contredisent et mentent », a affirmé cette source.

Le rôle de Mathias Pogba, 32 ans, qui s’était rendu de lui-même mercredi au service enquêteur, n’est pas encore «totalement clair», selon la source proche. «L’enquête est loin d’être terminée», at-elle soulignée. Dans un communiqué diffusé la semaine dernière, Mathias Pogba, lui aussi footballeur professionnel mais dans des clubs les moins prestigieux, s’était déclaré « totalement étranger à toute manœuvre d’extorsion » visant son frère.

Et dans les premières heures de sa garde à vue, son avocat, Me Yassine Bouzrou, avait assuré que son client contestait «fermement toute participation aux faits de séquestration et d’extorsion avec arme».

Il a pourtant reconnu, devant les enquêteurs, être à l’initiative de la vidéo ayant révélé cette affaire qui secoue le monde du football à deux mois de la Coupe du monde au Qatar (20 novembre-18 décembre). Dans cette vidéo énigmatique, diffusée le 27 août, l’aîné promettait des «révélations» sur son cadet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.