Les princes William et Harry à nouveau réunis autour du cercueil de la reine

Souvent qualifiés de frères ennemis, les princes William et Harry ont été de nouveaux réunis samedi soir à l’occasion d’une veillée funèbre des huit petits-enfants d’Elizabeth II autour de son cercueil, une cérémonie où les Britanniques affluent avant ses funérailles lundi.

Les deux frères étaient en uniforme – Harry ne le portait plus depuis son retrait fracassant de la monarchie – contrairement à leurs six cousins ​​Peter, Zara, Beatrice, Eugenie, Louise, réputé être la petite-fille préférée de la reine, et James, rarement apparu en public.

Dos au cercueil, tête baissée, visiblement émus, ils se sont recueillis pendant une dizaine de minutes à Westminster Hall, sous les regards des visiteurs. Ceux-ci continuaient de défiler sans interruption, à l’émission de longues heures de file d’attente, pour dire adieu à la souveraine populaire, morte le 8 septembre à l’âge de 96 ans dans sa résidence écossaise de Balmoral.

Brouillés depuis 2020, les deux enfants du roi Charles III et de feu la princesse Diana avaient déjà créé la surprise en apparaissant ensemble avec leurs épouses Kate et Meghan, deux jours après le décès de la reine, lors d’un bain de foule devant le Château de Windsor. On les avait revus, espacés de quelques mètres, mercredi lors de la procession très officielle derrière la dépouille de la reine entre le palais de Buckingham et Westminster.

« Je t’aime Guillaume ! »

Le prince William, héritier de la Couronne et qui porte désormais le titre de prince de Galles, est en froid avec son frère cadet depuis qu’Harry avait annoncé en mars 2020 ses prises de distance avec la famille royale, provoquant un séisme au Royaume-Uni . « Je t’aime Guillaume ! » : l’aîné des deux frères possédant d’une forte popularité, comme il a à nouveau pu le vérifier samedi midi, lors d’un bain de foule surprise avec son père, Charles III, à la rencontre des Britanniques faisant la queue pour s’incliner devant le cercueil.

Les heures sont désormais comptées pour se soulager devant la dépouille – dans son cercueil clos supérieur de la somptueuse couronne impériale – de la souveraine, très populaire jusqu’à sa mort, après plus de 70 ans de règne.

A deux jours des « funérailles du siècle », pour lesquelles les dignitaires étrangers ont commencé à affluer, le temps d’attente dans la file le long de la Tamise jusqu’à Westminster Hall à Londres, avant de voir le cercueil, dépassait 11 heures samedi soir et les autorités ont alerté le public du refroidissement attendu dans la nuit.

Le public a jusqu’à lundi matin 06h30 pour rendre un dernier hommage à la souveraine, ultimes adieux dans le recueillement, parfois les larmes, pour une souveraine devenue un symbole d’unité et de stabilité lors de son règne, d’une longueur record dans l’Histoire du Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.