changer les roues de sa Tesla Model 3, une opération simple, mais dangereuse

Entretenir soi-même sa voiture électrique fait souvent peur aux propriétaires, mais il y a pourtant un certain nombre d’opérations courantes qui sont à la portée de tous. L’une d’entre elles est de changer les roues, une opération d’apparence simple, mais avec quelques règles à respecter.

Intervenir soi-même sur sa voiture électrique, c’est possible ! Certes, il n’y a pas de vidange à faire (encore que…), de vanne EGR à décrasser, ni de filtre à air moteur à changer, mais cela reste une voiture avec plusieurs systèmes qui passeront de l’entretien et des pièces d’usure qu’il faudra remplacer.

Sur ma chaîne YouTube, je tiens à montrer tout ce qu’on peut faire soi-même comme opération sur son véhicule électrique. Je possède une Tesla Model 3 et je n’hésite pas à mettre les mains dans le cambouis… l’ordi. Qui suis-je ? Je m’appelle François Claire, j’anime la chaîne Garage, Bagnoles et Rock’n Roll et, avec Propre automobile, je vous propose cette rubrique mécanique DIY électrique (pourrait-on parler de « Mécanique Propre » ?).

On commence par une opération qui paraît simple tellement elle est basique : le changement de roue. C’est l’opération la plus courante qu’on peut faire sur son véhicule (par exemple pour effectuer la permutation des pneus avant/arrière, passer de roues été à hiver ou entretenir les freins), mais c’est aussi la plus dangereuse. En effet, il faut lever la voiture, ce qui peut causer des dommages ou des blessures graves en cas de chute. On risque aussi d’endommager la roue ou même de perdre en roulant, si les écrous sont mal serrés.

Les voitures d’aujourd’hui sont livrées sans roue de secours ni cric. Elles sont exécutées pour être levées par des ponts professionnels. Cela ne nous empêche pas de faire un levage en toute sécurité. Le manuel de l’utilisateur de la Tesla Model 3 indique qu’il faut impérativement utiliser les points de levage situés aux quatre pièces de la batterie. Il existe des tampons spéciaux qui viennent s’insérer dans ces points de levage. On peut ensuite utiliser un cric hydraulique roulant classique pour soulever un des pièces de la voiture. Ou peut-être pas… La Model 3 est très basse et il y a des chances que le cric ne passe pas en dessous…

Dans cette vidéo, je vous montre comment s’en sortir avec un petit bricolage :

Une fois le levage effectué, le plus dur est fait ! Ah non ! Pour démonter la roue, il faut d’abord desserrer les écrous tant que la roue est au sol ! Sinon la roue tourne en même temps qu’on essaie de dévisser.

Vous voilà bon pour redescendre la voiture, desserrer un peu ces écrous avec une clé de 21 mm et la remonter. Les clés en croix classiques vous permettent de le faire assez facilement. Ce desserrage n’est pas dommageable à la voiture tant qu’on n’excède pas un demi-tour environ.

Une fois la voiture en l’air, il suffit de dévisser les écrous en faisant attention au dernier : il faut maintenir la roue pour éviter qu’elle ne tombe en accrochant le disque de frein au passage. Ça y est ! Vous êtes Mécano Propre !

Pas tout à fait : il reste à remettre correctement en place la roue et s’assurer qu’elle ne bougera pas. Si ce n’est pas déjà fait, je vous conseille de lubrifier la surface de contact entre la roue et le disque de frein. Pour cela, j’utilise de la graisse cuivrée qui a une excellente tenue aux hautes températures et dans le temps. Attention à ne pas en mettre trop : il ne faut pas qu’elle vienne à couler sur le disque de frein.

Ensuite, il suffit de remettre en place la roue, commencer à visser les écrous à la main et les terminer à la clé. Reposer la roue sur le sol pour le serrage et effectuer un serrage au couple en croix. Si le serrage est à sec (sans graisse sur les goujons ou dans les écrous), alors le couple de serrage est de 170 Nm. Si, comme dans ma vidéo, vous lubrifiez les filets avec de la graisse cuivrée, il faut réduire le couple de serrage. Oui : RÉDUIRE le couple de serrage ! C’est contre-intuitif, mais c’est logique : en lubrifiant, on facilite le glissement des surfaces les unes contre les autres. En conservant le couple de serrage spécifié, on risque de trop serrer (ce qui est aussi mauvais que de ne pas assez serrer).

L’outil indispensable pour ce serrage est la clé dynamométrique. Dans la vidéo, je baisse le couple de serrage à 100 Nm. C’est un petit peu trop. Maintenant, je règle ma clé à 110 Nm. Je donne aussi quelques trucs additionnels à propos de l’ergonomie et du TPMS, que je vous laisse découvrir :

On me dit dans l’oreillette que cette rubrique marche bien et que les lecteurs sont enthousiastes. Parfait ! Apparemment, ils aimeraient aussi voir des opérations plus complexes. D’accord ! Les prochains articles Mécanique Propre arrivent et ils vont envoyer du SALE ! Heu… du PROPRE !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.