retour sur terre pour les agences dopées aux taux bas

La hausse des taux, les difficultés d’accès au crédit qui en résultent, et la flambée des prix post-Covid ont aujourd’hui un impact direct dans les ventes des logements. François BOUCHON/Le Figaro

ANALYSER – Après des années de croissance folle, les acteurs du secteur sentent bien qu’un changement d’ère est à l’oeuvre.

Pour les agences immobilières habituées à vendre des logements en un claquement de doigts, la fête est finie. La hausse des taux, les difficultés d’accès au crédit qui en résultent, et la flambée des prix post-Covid ont aujourd’hui un impact directe dans les ventes. «On n’a presque pas d’appel», témoigne Isabelle Chégut, négociatrice chez Real Lex, office notarial situé dans la région lyonnaise.

Les chiffres ne font que l’esquisser (le nombre de compromis a baissé de 6 % au mois de mai, selon la Fnaim), mais les acteurs du secteur sentent bien qu’un retournement est à l’œuvre. « La crise économique se diffuse lentement mais sûrement, et le marché du logement est en train de s’infléchir »reconnaît Jean-Marc Torrollion, président de la Fnaim.

Il s’agit d’un changement d’ère pour ces professionnels – agents, mandataires, négociateurs – après des années de croissance folle. Les agences ont fleuri dans les rues commerçantes remplaçant peu à peu les commerces en perte de vitesse. «Dans une des rues…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.