Variole du singe – Après New York, l’état d’urgence sanitaire décrété ce matin à San Francisco : « Nous avons désespérément besoin de vaccins pour soutenir la population »

Après New York, c’est à San Francisco, que l’état d’urgence entre en vigueur aujourd’hui pour lutter contre la propagation de la variole du singe. Cela permettra une meilleure coordination face à la demande de vaccins. « Nous avons désespérément besoin de vaccins pour soutenir la population de San Francisco », a déclaré le maire London Breed. La ville a plaidé auprès des autorités sanitaires fédérales pour obtenir plus d’aide.

« San Francisco a été à l’avant-garde des réponses de santé publique au VIH et au COVID-19, et nous serons à l’avant-garde quand il s’agira de la variole du singe », a déclaré le sénateur d ‘État Scott Wiener, un démocrate qui représente la ville. « Nous ne pouvons pas et ne voulons pas laisser la communauté LGBTQ à l’abandon ».

La ville compte 261 cas, sur environ 800 en Californie et 4 600 dans le pays, selon le département de la santé publique de San Francisco. En raison d’une pénurie nationale de vaccins, les gens font la queue pendant des heures pour obtenir les doses rares, et sont souvent refoulés lorsque les vaccins sont épuisés.

Les membres de la communauté LGBTQ ont exprimé leur colère et leur frustration lors d’une audience de la ville la semaine dernière, en disant qu’ils s’appuyaient sur les médias sociaux parce que le département de la santé publique de San Francisco n’ n’avait pas fourni les informations de base sur le dépistage ou la disponibilité des vaccins.

Mais New York est la ville la plus touchée aux États-Unis en nombre de cas, avec plus de 1 000 contaminations détectées depuis le début de l’épidémie

L’État de New York a donc déclaré l’épidémie comme menace imminente. Par conséquent, « les services de santé locaux pourraient accéder à des remboursements supplémentaires de l’État pour protéger tous les New-Yorkais et limiter la propagation du monkeypox au sein des communautés », peut-on lire dans un communiqué. New York est la ville la plus touchée aux États-Unis en nombre de cas, avec plus de 1 000 contaminations détectées depuis le début de l’épidémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.