Quatorzième mois consécutif de baisse pour le marché automobile français

La sortie de crise n’est pas encore en vue pour le marché de l’automobile français. Selon la Plateforme automobile (PFA), le nombre d’immatriculations de voitures neuves particulières a reculé de 7,06 % au rythme annuel en juillet. C’est la quatorzième baisse consécutive, avec seulement 107.547 véhicules particuliers immatriculés le mois dernier.

La pénurie de semi-conducteurs continue d’entraîner la bonne marche des usines des constructeurs, qui n’arrive toujours pas à produire assez pour suivre la demande. Les plus optimistes notent que la réplique de juillet est plus faible que ceux enregistrés depuis le début de l’année (-15,3 % en moyenne), supposent entrevoir une possible inversion de tendance d’ici la fin de l’année. Plusieurs grands groupes, comme Volkswagen, ont annoncé à l’occasion de la publication de leurs résultats semestriels qu’ils constataient une amélioration de leur approvisionnement.

Stellantis en recul, du mieux pour Renault

Pour le géant allemand, cette amélioration n’est toutefois pas encore perceptible en juillet, sur le marché français en tout cas. Ses ventes en France ont décru de 25 %, avec notamment un très fort décrochage de la marque d’entrée de gamme Seat (-58 %).

Stellantis, qui détient plus de 30 % de parts de marché, accuse également à -9,91 % un recul plus marqué que la moyenne. Sur les sept premiers mois de l’année, l’entreprise, qui regroupe notamment les marques Peugeot, Citroën, DS et Opel, a vu les immatriculations baisser de près de 20 % par rapport à la même période l’année passée, avec moins de 290.000 véhicules particuliers enregistrés.

Deuxième vendeur français, le groupe Renault signe la bonne surprise du mois : ses immatriculations enregistrent un rebond de plus de 10 %, alors que le constructeur accumule les baisses à deux chiffres ces derniers temps. La marque éponyme se redresse nettement (+14,45 %), ce qui est encouragé après une baisse de 16,6 % de ses ventes sur le premier semestre. Dacia confirme de son côté son excellente forme commerciale avec une nouvelle progression de 4,87 % sur le mois, et une part de marché sur 2022 qui s’approche de 8,5 %, à 0,3 point de Citroën.

Au palmarès des modèles les plus vendus, Peugeot s’impose de loin à la première place grâce à la 208 et ses 52.000 exemplaires délivrés en sept mois, loin devant la Renault Clio (37.800 immatriculations) et la Sandero de Dacia (35.509). Les dix premières places sont occupées par des marques françaises.

Quant au segment des voitures à batterie, il connaît des fortunes diverses. Les modèles 100 % électriques ont représenté 12 % des ventes le mois dernier, la nouvelle Renault Mégane E-Tech, la Peugeot e-208 et la version électrique de la Twingo s’adjugent les trois premières places. Les hybrides rechargeables, sur le reculent depuis quelques mois, plongent, eux, de 33 % en juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.