Livret A, Smic, urgence sanitaire… Ce qui change au 1er août

Le mois d’août sera notamment marqué par l’augmentation du rendement de l’épargne réglementée, la revalorisation du Smic, des retraites et de plusieurs prestations sociales ainsi que par la fin de l’urgence sanitaire.

Le 1er août ne déroge pas à la règle. Comme chaque premier jour du mois, ce lundi est marqué par l’entrée en vigueur d’une série de mesures, avec des effets non négligeables sur la vie quotidienne des Français. Livret A, Smic, urgence sanitaire… Tour d’horizon des principaux changements.

• Livret A, LDDS, LEP… Un meilleur rendement pour l’épargne réglementée

Après une révision à 1 % en février, le taux du livret passe à 2 % ce 1er août compte tenu du niveau de l’inflation. Il s’agit de son niveau le plus élevé depuis près de 10 ans. La rémunération du livret de développement durable et solidaire (LDDS) passe elle aussi à 2 %.

De son côté, le taux du livret d’épargne populaire (LEP) sera de 4,6 %, contre 2,2 % avant. Pour rappel, le plafond du livret A est fixé à 22.950 euros, hors intérêts versés par la banque. Celui du LDDS est de 12.000 euros et celui du LEP de 7700 euros.

• Le Smic augmenté

Troisième revalorisation de l’année pour le Smic. Ce premier août, le salaire minimum sera automatiquement revalorisé de 2,01% pour tenir compte de l’inflation.

Concrètement, le Smic mensuel augmentera d’environ 26 euros pour un temps plein, pour un montant total de 1329,66 euros. En sus de la revalorisation annuelle du 1er janvier, le Smic est en effet augmenté mécaniquement en cours d’année du montant de l’inflation pour les 20% des ménages ayant les revenus les plus faibles, si celui-ci dépasse 2% par rapport à la dernière hausse.

• Le point d’indice des fonctionnaires revalorisé

Comme annoncé il y a quelques semaines par le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques et comme le prévoit la loi sur le pouvoir d’achat, le point d’indice des fonctionnaires sera revalorisé de 3,5% ce mois d’août, avec effet rétroactif en juillet. Cette augmentation se traduira par une hausse de salaire mensuel de 45 euros nets pour les indices les moins élevés.

• Coup de pouce pour les retraites et prestations sociales

Sous réserve que la loi sur le pouvoir d’achat soit votée, les prestations sociales et les pensions de retraite seront revalorisées de 4 % dans le courant du mois d’août. Cette augmentation s’appliquera dans la pratique dès le 1er juillet de façon rétroactive.

Sont notamment concernés, en plus des retraites, les allocations familiales et minima sociaux, comme le RSA, l’allocation adulte handicapé (AAH) et les bourses étudiantes sur critères sociaux.

• La remise de 18 centimes sur le carburant prolongée

La Censée s’éteint initialement au 31 juillet, la remise à la pompe de 18 centimes en vigueur depuis le 1er avril a été prolongée par décret jusqu’au 31 août.

Dans les faits, cette ristourne s’appliquera plus longtemps que prévu. Dans le cadre de l’examen du projet de loi rectificative, les députés ont voté la semaine dernière son augmentation à 30 centimes par litre en septembre et octobre. Cette aide devrait ensuite être abaissée à 10 centimes par litre en novembre et décembre.

• Fin de l’urgence sanitaire

Le Parlement a définitivement adopté mardi 26 juillet 2022, par un ultime vote du Sénat, un projet de loi sanitaire met fin à l’état d’urgence sanitaire et intestinale la fin des mesures d’exception face au Covid, à compter du 1er août . Dès lors, les mesures sanitaires comme le confinement ou le couvre-feu, le pass sanitaire ou encore l’obligation du port du masque ne pourront plus être appliquées.

Les voyageurs de plus de 12 ans venus de l’étranger peuvent toutefois se voir demander un test négatif. Ce test pourra aussi être obligatoire pour les voyages entre la métropole et les territoires d’Outre-mer. Aucune preuve de vaccination ou d’un rétablissement au Covid-19 ne pourra être exigée.

• Remboursement des impôts et ouverture du service de correction en ligne

Si les premiers remboursements ont eu lieu le 21 juillet, certains contribuables recevront un versement du fisc le 2 août. Seront notamment concernés ceux ayant droit à une restitution de réductions ou crédits d’impôt pour certaines dépenses effectuées en 2021 (dons, emploi à domicile, gardes d’enfants…) et ceux dont les prélèvements à la source, effectués tout au long de l’année ‘Année dernière, ont été supérieurs au montant final de l’impôt calculé sur la base de la déclaration de revenus 2021.

A noter par ailleurs que les contribuables souhaitant rectifier une erreur ou un oubli sur leur déclaration remplie au printemps pourraient le faire via le service de correction en ligne qui devrait ouvrir le 3 août sur le site des impôts.

• Versement de l’allocation de rentrée scolaire

Comme chaque année, l’allocation de rentrée scolaire sera envoyée automatiquement (sous conditions de ressources) à la mi-août. En 2022, son montant est revalorisé de 4% comme les autres prestations.

• Interdiction de la publicité sur les énergies fossiles

Selon un projet de décret issu de la loi climat et résilience, la publicité pour les énergies fossiles sera proscrite à compter du 22 août (à l’exception du gaz qui bénéficie d’une sursis d’un an). Concrètement, une enseigne de grande distribution ne pourra plus faire la promotion d’une opération « carburant à prix coûtant ». Ce que Michel-Edouard Leclerc a dénoncé à de multiples reprises.

« Il apparaît inopportun d’appliquer cette mesure alors que les opérations sur le carburant sont en faveur de la préservation du pouvoir d’achat et que les prix des carburants n’ont jamais été aussi élevés. Si nous n’avons plus le droit d’achat ‘informer les consommateurs de la mise en place d’opération sur les carburants, ils ne sauront pas qu’elles existent et n’en profiteront pas… elles n’existeront plus! », a notamment déclaré le patron des centres Leclerc.

• Gel des loyers des passifs thermiques

Alors que l’augmentation des loyers a été plafonné à 3,5% pendant un an, les loyers des passifs thermiques, eux, seront gelés à compter du 25 août. En effet, la loi climat et résilience interdit à cette date toute augmentation de loyer pour les biens notés F et G au titre du diagnostic de performance énergétique (DPE).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.