Les prix des produits de parapharmacie en forte hausse « sans explication précise »

l’essentiel
Certains produits de parapharmacie sont particulièrement appréciés en 2022, et ce sans « explications précises » de la part des industriels, alerte Audrey Lecoq, patronne de Pharmazon, site de vente en ligne de produits pharmaceutiques.

Couches Pampers, lait infantile, suppositoires… Tant de produits qui voient leur prix augmenter en flèche ces dernières semaines, sans qu’aucune raison précise ne soit avancée par les industriels.

« Depuis deux mois, 80 % des 320 labos avec lesquels je travaille ont réévalué leurs prix catalogue, le plus souvent de 7 à 15 % ! », explique au parisienne Audrey Lecoq, fondatrice de la plateforme Pharmazon, selon qui ces hausses sont très souvent annoncées sans « explications précises ».

Car si certains producteurs évoquent une raréfaction des matières premières – comme la caroube pour le lait en poudre, d’autres y voient les répercussions du conflit en Ukraine. C’est en tout cas ce qu’avance le laboratoire NHS Meharini, qui explique que « depuis le début de l’année 2022, la poudre de lait, les huiles végétales mais également les emballages plastiques et aluminium ont connu de très fortes hausses sur nos marchés », rapporteur nos confrères.

De nouvelles hausses en 2023

Ainsi, selon BFMTV, le prix de la crème lavante du laboratoire La Roche-Posay serait passé de 8,05 euros en 2021 à 8,45 euros en 2022. La marque Mustela aurait aussi augmenté ses tarifs, notamment celui de son eau nettoyante. Elle serait passée de 6,31 euros en 2019 à 9,10 euros en 2022. Le lait infantile, quant à lui, aurait connu une hausse de près de trois euros en quatre ans.

« De nombreuses références coûtent aujourd’hui 6, 7 ou 8 euros plus chers qu’avant la crise du Covid. Pendant la pandémie, nous étions dans l’hyper-soin. Ce n’est qu’aujourd’hui, alors que nous soufflons un peu, que nous réalisons l’ampleur de ces envolées, et certaines d’entre elles sont incompréhensibles, s’alarme Pierre-Olivier Jacquot, pharmacien à Nancy auprès du parisienne.

Selon Pharmazon, la situation devrait continuer à se tendre et de nouvelles hausses de prix pourraient être annoncées en 2023 par les laboratoires pharmaceutiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.