Grosse frayeur après un surdosage à la vitamine D d’un nourrisson : « On a failli le perdre » !

Ces parents sont passés tout près d’une véritable tragédie. Sur les conseils de leur chiropraticien, des parents ont donné une autre marque de vitamine D à leur bébé. Ils pensaient que le dosage du medicament ressemblait à celui qu’ils avaient avant.

Cependant, ils se sont trompés, et cette erreur a failli être fatale à leur bébé. En effet, après un certain temps, le nourrisson a commencé à se sentir mal. Ses parents l’ont alors emmené aux urgences où ils ont pris connaissance de leur erreur.

Une erreur de dosage de vitamine D

Le bébé d’Alicia, âgé tout juste de 6 mois, prend régulièrement de la vitamine D. Au début, ses parents lui donnaient du ZymaD. Cependant, comme le supplément lui causait des coliques, ils se sont tournés vers leur chiropraticien pour avoir des conseils.

Le spécialiste leur a conseillé de se diriger vers un autre médicament. Elle leur a également dit de faire attention, car une erreur, même minime, pourrait nuisible à la santé de l’enfant. Alicia et son conjoint ont suivi ses conseils. Ils ont fait des recherches sur Internet et sont tombés sur le Sunday Natural.

La contraction du médicament semble correspondante à celle du ZymaD, car sur l’étiquette était indiquée « 10 000 UI ». Ils l’ont donc acheté. Ce qu’ils ne savaient pas malheureusement, c’est qu’il y avait une légère différence. Le dosage « 10 000 UI » du Sunday Natural ne correspond pas à un millilitre comme avec le ZymaD.

Il correspond à une goutte. Alicia et son conjoint ne pouvaient pas savoir, car le packaging était en allemand, et aucun d’eux ne connaissait pas la langue. Ils ont alors donné la vitamine D à leur enfant sans se douter que cela allait nuire à sa santé.

Vitamine D : les effets indésirables

Au bout de quelques jours, Alicia remarque que son nourrisson ne va pas bien. Il cesse de prendre du poids et du mal à se mettre sur le ventre. Ne sachant pas quoi faire, la mère de famille et son conjoint l’emmènent voir un médecin. Ce n’est que là-bas qu’ils se produisent compte de leur erreur.

Les médecins leur ont dit que le bébé souffre d’une néphrocalcinose lié à un surdosage de vitamine D. S’ils avaient tardé à l’emmener faire des examens, l’histoire aurait pu très mal se finir.

« On a failli le perdre. (…) Si on pose les choses froidement, on se dit qu’on a failli tuer notre bébé. Cette perspective me hante encore plus qu’elle me culpabilise », regrette Alicia.

Ce qu’elle a vécu beaucoup souffert Alicia. Forte de cette expérience, elle souhaite désormais sensibiliser le plus de parents possible. Notamment, face au risque lié à un surdosage de vitamine D.

Les bons réflexes à adopter

Les parents se doivent d’offrir à leur nourrisson une quantité de vitamine D suffisante. Et ce, pour éviter les maladies comme le rachitisme. En effet, un bébé supplémenté convenablement rencontre rarement des problèmes de croisancee. Cela explique pourquoi les pédiatres prescrivent la vitamine D dès les premiers jours de l’enfant.

Par ailleurs, l’Anses invite les parents à être vigilants concernant les risques liés à un surdosage de vitamine D. En effet, si la supplémentation n’est pas adaptée, elle pourrait causer de graves problèmes de santé. Comme ce fut le cas pour le bébé d’Alicia.

Pour sensibiliser le plus grand nombre, l’Anses a alors publié un rappel le 25 juillet 2022. Il a offert quelques conseils aux parents pour un bon dosage en vitamine D. Voici ce que l’agence recommande :

  • Consulter un médecin avant de donner de la vitamine D au nourrisson
  • Ne pas modifier le dosage sauf prescription médicale
  • Toujours faire attention lorsqu’on donne de la vitamine D au bébé
  • Éviter de donner plusieurs produits contenant de la vitamine D au nourrisson

Selon l’Anses, il vaut mieux privilégier les médicaments aux compléments alimentaires. La raison est qu’ils réfléchissent « une information claire en termes de doses, de précautions d’emploi (…) et de surdosage ».

Notons qu’en 2021, plusieurs cas d’hypercalcémie chez des nourrissons ont été signalés. En cause, la prise de compléments alimentaires riches en vitamine D. Cela a poussé l’Anses à sensibiliser les jeunes parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.