entre « euphorie » et « paranoïa », comment se gère un tel changement de vie ?

Un Américain a remporté l’un des plus gros lots de l’histoire de la loterie de son pays. Un événement qui n’est pas toujours facile à appréhender pour ces grands gagnants, fait face à un changement de vie soudain.

Tirer le gros lot, un fardeau ? Alors qu’un gain d’1,3 milliard de dollars a été remporté la semaine dernière aux États-Unis, l’idée de remporter la loterie apparaît d’abord comme une chance. Pourtant, un tel événement bouleverse une vie et peut entraîner des questionnements et des changements avec ses proches, entre « euphorie », « paranoïa » et « rupture existentielle ».

Une « perte de sens et de repères »

Qui n’a pas rêvé de trouver les bons numéros ? Si l’annonce constitue d’abord « une très bonne nouvelle », elle a aussi des « conséquences », met en garde sur BFMT Elsa Laurent, psychologue et addictologue.

Le gagnant ressent d’abord « énormément d’adrénaline » et connaît souvent une « euphorie totale », d’après la psychologue. Sous le choc de la nouvelle, les vainqueurs traversent en général une période de « perte de sens et de repères ».

Elle se traduit régulièrement par une « frénésie ». Les gagnants se font plaisir et font des achats d’envie, sans se soucier de leur utilité. Une pente dangereuse, puisque la psychologue assure avoir rencontré des cas de néo-millionnaires qui « liquident tout d’un coup avec des achats qui n’ont pas de sens », suivant une forme de « pulsion ».

« Il y a une sensation de ne plus avoir de limite, qui est toxique », estime-t-elle.

Un risque de « rupture sociale et amicale »

Gagner une très grosse somme d’argent au loto ne permet pas seulement de combler ses envies, cela offre aussi la possibilité d’un changement de vie soudain, ce qui n’est pas toujours sans conséquences sur les liens familiaux et amicaux.

Elsa Laurent met justement en garde face aux risques « d’isolement » et de « ruptures sociales et amicales », surtout pour les personnes qui sont issues d’un milieu modeste pour qui le changement est encore plus brutal.

« On peut être dans un milieu avec une haine anti-riches qui fait que d’un coup on devient la cible », estime-t-elle, évoquant une possible « jalousie » ou un risque d’être « jugé » par ses proches après l’annonce de cette richesse soudaine, parfois considérée comme imméritée.

Ce qui explique que nombre de gagnants ont choisi de ne pas révéler leur nouveau statut de millionnaire ou milliardaire à leur entourage.

« Il peut se développer une certaine paranoïa quand on devient riche. On a peur de l’exposer aux autres parce qu’il y a beaucoup de culpabilité », estime l’addictologue.

La FDJ propose un accompagnement psychologique

Après quelques temps rappelés aussi les questionnements. Les vainqueurs connaissent en effet une forme de « rupture existentielle », va jusqu’à suggérer le psychanalyste Pascal Neveu, interrogé sur BFMTV.

Devenir riche en peu de temps « perturbe complètement les questions du désir », abonde Elsa Laurent. « La vie est essentiellement articulée autour du désir et lorsqu’on n’a plus de manque : où est-ce qu’on va ? Qu’est-ce qu’on aime ? », développe-t-elle.

Pour aider les gagnants à faire face à ces risques, la Française des Jeux propose depuis 1993 un accompagnement. Il porte à la fois sur la gestion du patrimoine, afin d’éviter les ruines soudaines ou les arnaques, et permet aussi aux gagnants d’échanger entre eux et d’évoquer les conséquences de ce changement de vie.

Aux États-Unis, les gagnants ne perçoivent pas immédiatement l’ensemble de la somme remportée. Soit elle leur est donnée petit à petit sur des décennies, justement pour éviter les excès soudains, soit ils touchent tout de suite un montant bien moins élevé.

Cependant, d’après le psychanalyste Pascal Neveu, malgré « quelques cas de ruines », dans l’Hexagone, « la très grande majorité sont des gens qui ont été très modérés » et sécurisent d’abord leur quotidien et leurs enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.