Coup dur pour Lufthansa, les pilotes menacent de se mettre en grève

Alors que depuis le début de l’été, les grèves se multiplient dans les transports aux quatre pièces de la planète, la menace de voir prochainement les avions de Lufthansa cloués au sol grandiose aussi. Ce serait un coup dur pour la compagnie allemande qui a déjà dû annuler des milliers de vols cet été cette semaine.

Bras de fer

Les pilotes de la compagnie aérienne allemande ont en effet voté à la quasi-unanimité (97,6%) dimanche le principe d’une grève pour faire valoir leurs revendications, notamment une forte hausse des salaires. Ce vote ne signifie pas nécessairement qu’une grève aura lieu, mais constitue un avertissement pour la direction, a déclaré Marcel Gröls, membre de la direction du syndicat des pilotes Vereinigung Cockpit (VC).

Lufthansa respecte les résultats du vote et espère qu’une solution constructive sera trouvée autour de la table des négociations, a déclaré un porte-parole de la compagnie. Le syndicat VC réclame une augmentation des salaires de 5,5 % cette année pour les pilotes puis des compensations automatiques face à l’inflation par la suite. Il demande aussi la mise en place d’une grille salariale unique pour tous les personnels des compagnies du groupe Lufthansa, dont la compagnie éponyme mais aussi sa division à bas coûts Eurowings. Afin de sécuriser les emplois des pilotes, le syndicat demande également une garantie sur le volume de la flotte de Lufthansa.

Parallèlement, les pilotes de la compagnie Swiss, qui appartiennent également au groupe Lufthansa depuis 2005, ont rejeté à une majorité de 80 % une proposition de nouveau contrat, a annoncé leur syndicat Aeropers dimanche.

« Si la direction continue à ignorer les signes du temps et à ne pas offrir immédiatement de solutions adéquates, les pilotes devront signifier encore plus clairement leur mécontentement », a ajouté le syndicat sans autres détails.

Les personnels au sol de Lufthansa réclament aussi des hausses de salaire de 9,5%. Le 27 juillet ils ont participé à un arrêt de travail de 24 heures qui a entraîné d’importantes perturbations du trafic en Allemagne. Mais dans les deux cas, la direction refuse d’accéder aux revendications salariales.

Préventivement, Lufthansa avait annulé la « quasi-totalité » de ses vols du jour en Allemagne. Plus de 130.000 passagers sur près d’un millier de vols au départ et à l’arrivée des deux hubs principaux à Francfort et Munich étaient concernés.

L’été sera beau et chaud pour Lufthansa et Air France-KLM