Battu à mort dans l’indifférence générale, l’histoire d’Alika Ogorchukwu choque l’Italie.

Alika Ogorchukwu, un Nigérian de 39 ans, a été attaquée en plein jour et battue à mort par Filippo Ferlazzo, 32 ans, à Civitanova, dans la région des Marches, a annoncé la police lors d’une conférence de presse samedi. Ce drame suscite l’indignation de la population notamment parce que la personne n’est intervenue pour aider la victime.

Comme de nombreux migrants dans le sud de l’Europe, le Nigérian vendait des marchandises dans la rue, vendredi après-midi, lorsqu’il a été proposé, jeté au sol et battu à plusieurs reprises. Son agresseur s’est également emparé de son téléphone portable.

Le racisme en question

L’agression s’est produite en plein jour au milieu d’une rue commerçante très consommée du centre de la ville côtière. Des images de l’attaque circulent en ligne, où l’on peut entendre des voix, à l’arrière-plan, demandant que l’agression cesse.

Le fait que personne ne soit intervenu, lors de l’agression, choque de nombreux Italiens. Certains pensent que le contexte aurait été différent si la victime avait été blanche. Selon la police, rien n’indique qu’il s’agissait d’une attaque raciste. La victime aurait demandé de l’argent à son agresseur, déclenchant une réaction violente chez ce dernier. La région des Marches, où ont eu lieu les événements, prévoit de se constituer partie civile en cas de procès.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.