Affaire Jubillar : les résultats de nouvelles expertises sur les lunettes et le téléphone de Delphine révélés

l’essentiel
Des expertises requises sur les lunettes et le téléphone de Delphine Jubillar ont fourni leurs résultats.

L’enquête sur la disparition de Delphine Jubillard, l’infirmière tarnaise qui n’a pas donné signe de vie depuis décembre 2020, avance à petit pas. Ce lundi 1er août Le Parisien révèle ainsi de nouveaux résultats d’expertises adaptés sur les éléments matériels rares dont disposent les enquêteurs.

La première expertise dévoilée par nos confrères concerne les lunettes de Delphine. Comme l’avait déjà révélé La Dépêche en mai dernier, aucune trace de sang n’avait été retrouvée sur cette paire de lunettes découvertes cassées en deux morceaux par les gendarmes, dans le domicile de Jubular à Cagnac-les-Mines. Cette fois, les nouvelles analyses ont révélé que l’ADN de Delphine, ainsi que celui de son mari Cédric Jubillar, étaient présents sur les montures. Aucune autre trace n’a été retrouvée sur cet objet.

Une information qui tendrait à écarter l’intervention d’une troisième personne, piste brandie par la défense du mari, toujours soupçonné du meurtre de son épouse et incarcéré depuis juin 2021. Une défense qui pointe qu’il n’y a « rien d « anormal » à ce que l’ADN du plaquiste de 34 ans soit retrouvé sur les lunettes de sa femme, arguant également, que les lunettes étaient « cassees depuis un moment », pour écarter la thèse d’une dispute violente.

Confirmation d’une « action humaine » sur le téléphone

Par ailleurs, en avril, La Dépêche avait révélé de nouvelles expertises apportées sur le téléphone de Delphine. Nous avions alors indiqué que, selon le fabricant Huawei, le déclenchement de cet appareil durant la nuit de la disparition de l’infirmière, à six reprises entre 0h07 et 6h52, avait « nécessité une action humaine ». De nouvelles enquêtes avaient alors été créées.

Le Parisien dévoile leurs résultats ce lundi : le journal confirme l’intervention humaine pour déverrouiller le téléphone. Il indique aussi qu’une notification de Google, »habituellement sans information », a été envoyée à ce téléphone à 6h54. Une information qui devrait faire l’objet de nouvelles recherches, notamment auprès de Google, afin de déterminer s’il s’agit d’un nouvel élément probant ou d’une énième piste sans lendemain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.