Variole du singe: « Vous allez paniquer quand vous saurez comment j’ai eu le monkeypox »… Le témoignage de cet Espagnol qui interpelle

Le coup de gueule d’un espagnol est devenu viral. Il dit avoir été infecté par la variole du singe en achetant une trottinette sur un site de vente d’objets d’occasion.

Le témoignage de cet Espagnol interrogé et les médias d’outre-Pyrénées n’ont pas tardé à se faire l’écho de son « thread » publié ce samedi sur Twitter tant qu’il va à l’encontre des principales recommandations notamment de l’OMS .

Mei Rito, qui ne précise pas de région il est originaire, explique ainsi comment il a contracté, selon lui, la variole du singe. « Hier, on m’a donné la variole du singe. Non, je n’ai participé à aucune soirée sexuelle comme le dit l’OMS , et je ne me suis pas non plus fait tatouer… Vous allez paniquer quand vous saurez comment je l’ai eu. » Ainsi commence l’explication de Mei Rito.

Ayer me diagnósticaron viruela del mono. Non, non, il a participé à une fiesta sexuelle avec l’OMS, ni moi, il a hecho un tatuaje… Vais a flipar cuando sepais cómo lo he pillado #ViruelaDelMono ?ud83dudc47

– Mei Rito (@mei_rito) 30 juillet 2022

Une fois le diagnostic posé par son médecin, le jeune homme a cherché à remonter les comportements qui ont pu arriver à cette transmission d’une maladie déclarée en alerte maximale par l’OMS la semaine passée.

L’OMS qui précise que la contagion se produit par contact étroit avec la peau infectée, les fluides corporels ou les gouttelettes respiratoires d’une personne infectée avec laquelle, notamment, des relations sexuelles sont entretenues. Pour les autorités sanitaires de tous les pays, la grande majorité des personnes infectées sont des hommes ayant eu des relations sexuelles avec d’autres hommes.

Lors de l’achat d’une trottinette ?

Mais l’histoire de Mei Rito va à l’encontre de cette croyance qui a déjà engendré nombre de stigmatisations de la communauté gay. Pour lui, pas de doute, le seul contact prolongé avec un autre homme, il l’a eu… lors d’une transaction pour l’achat d’une trottinette.

Mei Rito a en effet acheté une trottinette sur un site de vente d’objets d’occasion populaire en Espagne. « J’ai proposé le vendeur puis j’ai essayé la trottinette pendant une quinzaine de minutes. Elle correspondait à mes attentes, je l’ai donc acheté et on s’est dit au revoir ».

15 minutes de contact avec la poignée de la trottinette qui pourrait expliquer la transmission de la maladie, le vendeur s’étant avéré, par la suite, atteint lui aussi de la variole du singe.

Le médecin du jeune twitto espagnol a confirmé que ce mode de transmission pouvait être tout à fait crédible, le vendeur ayant indiqué avoir utilisé la trottinette alors qu’il avait déjà des plaies sur ses mains. Plusieurs médecins ont également partagé l’histoire de Mei Rito et ont appelé leurs suiveurs à la prudence, les transmissions pouvant être plus variées qu’initialement annoncées.

« Ce n’est pas une maladie gay comme le dit l’OMS », s’est alors emporté Mei Rito sur Twitter qui veut alerter sur ces autres transmissions de la maladie. Et de conclure ses tweets par un conseil : « Il va falloir recycler ces gels hydroalcooliques qui peuvent être essentiels à votre santé ».

Pas une maladie sexuellement transmissible

Depuis plusieurs jours, l’OMS est dans le collimateur d’associations LGBT+ à travers le monde pour avoir pris des positions jugées stigmatisantes sur la transmission de cette maladie. Mais le récit du Twitto espagnol Mei Rito ne paraît pas surprenant. Sur son site, Santé Publique France indique que « la transmission interhumaine se produit à l’occasion d’un contact prolongé en face-à-face par des gouttelettes respiratoires ou par contact direct avec une personne infectée, à travers les fluides corporels, les lésions cutanées de la maladie ou les muqueuses internes comme la bouche, ainsi que de manière indirecte par des objets que le malade a contaminés, comme des vêtements ou du linge de lit. de la maladie (jusqu’à disparition des dernières croûtes, le plus souvent 3 semaines). »

A noter que l’Espagne est le pays d’Europe le plus touché par le monkeypox puisque les deux premiers décès du continent y ont été enregistrés ce week-end.

A lire aussi :
Variole du singe : L’Espagne annonce un deuxième décès lié au monkeypox ce samedi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.