Le prince Charles au cœur d’une nouvelle affaire de don d’argent, cette fois de la part de la famille Ben Laden

via Associated Press Le prince Charles, ici au jubilé de la reine Elizabeth le 5 juin 2022, a exprimé en privé son opposition au projet du gouvernement de renvoyer les migrants clandestins au Rwanda.

via Associated Press

Le prince Charles, ici au jubilé de la reine Elizabeth le 5 juin 2022, a exprimé en privé son opposition au projet du gouvernement de renvoyer les migrants clandestins au Rwanda.

ROYAUME-UNI – Le prince Charles de nouveau au cœur d’un scandale. L’héritier de la couronne britannique a accepté un don à sa fondation d’un million de livres (1,21 million d’euros) de la famille ben Laden, selon le L’heure du dimanche.

Plusieurs de ses conseillers auraient plaidé pour que la fondation n’accepte pas ce versement de la richissime famille du cerveau des attentats du 11 septembre 2001, Oussama ben Laden, selon les sources citées dans l’article du journal britannique. Même si les membres de la famille saoudienne, qui ont renié Oussama ben Laden, ne font pas l’objet de soupçons sur une infraction potentielle, cette information renforce l’attention entourée de la fondation du prince Charles qui est l’objet d’une enquête de police engendré en février.

Une enquête ouverte par Scotland Yard

Cette enquête vise à établir si des dons à la fondation du prince Charles ont été récompensés par des titres honorifiques et ont servi à appuyer une demande de naturalisation d’un homme d’affaires saoudien, Mahfouz Marei Moubarak ben Mahfouz.

L’accord sur le don d’un million de livres du patriarche de la famille saoudienne, Bakr ben Laden (demi-frère d’Oussama) et de son frère Chafik, remonte à 2013 lors d’une rencontre à Londres entre Bakr ben Laden et le prince Charles, selon le L’heure du dimanche. Ian Cheshire, le président de la fondation, affirme que le don avait été accepté à l’époque par les cinq administrateurs.

L’affaire sur laquelle Scotland Yard a lancé une enquête avait été révélée l’an dernier et avait éclaboussé l’héritier du trône britannique de 73 ans. Son ancien valet adjoint Michael Fawcett, réputé très proche de Charles, est soupçonné d’avoir usé de son influence pour aider l’homme d’affaires saoudien ben Mahfouz, généreux donateur à des œuvres caritatives liées à la monarchie britannique, à obtenir une décoration .

Des dons à hauteur de 3 millions d’euros d’un ex-ministre qatari

Mahfouz Marei Moubarak ben Mahfouz, qui nie toute faute, aurait donné de fortes sommes d’argent à des projets de restauration. Michael Fawcett a démissionné en novembre 2021. Une enquête avait par ailleurs été réalisée en novembre dernier par le régulateur anglais des organisations caritatives pour examinateur si la fondation Mahfouz, du riche homme d’affaires saoudien, avait perçu des dons qui étaient destinés à celle du prince Charles.

« L’enquête examinatrice si certains dons reçus par la fondation Mahfouz étaient destinés à l’organisation, s’ils ont été utilisés conformément à l’intention des donateurs et s’ils doivent être rendus »avait expliqué à l’époque la commission.

Par ailleurs, le L’heure du dimanche affirmait fin juin que le prince Charles aurait reçu environ 3 millions d’euros en liquide, donnés dans des sacs ou dans des valises lors de rencontres privées, de la part du cheikh Hamad ben Jassim ben Jaber al-Thani, ancien Premier ministre du Qatar . Du côté du prince Charles, il n’y aurait rien d’illégal puisque l’argent aurait été directement versé à l’œuvre caritative, a répondu son entourage au quotidien britannique.

La fondation du prince Charles, créée en 1986, n’est toutefois pas régulée par cette commission mais dépend du régulateur écossais des associations caritatives. Ce dernier a lui aussi ouvert une enquête mais sur plusieurs centaines de milliers d’euros d’un donateur russe cette fois-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.