La Russie sommaire accusée d’exécutions et de tortures sur les prisonniers ukrainiens

L’explosion vendredi dans un centre de détention, à Olenivka, aurait fait 53 morts et 75 blessés, dont des membres du bataillon Azov, qui s’étaient rendus à Marioupol. ALEXANDRE ERMOCHENKO/REUTERS

Des rapports d’ONG et des témoignages de prisonniers ukrainiens libérés ou échangés font état de nombreux cas de torture, de mutilation et d’exécutions sommaires par les troupes russes. Des vidéos insoutenables tournent sur les réseaux sociaux.

Kiev

« C’est un crime de guerre russe délibéré, un meurtre de masse délibéré de prisonniers de guerre ukrainiens , a révélé le président Volodymyr Zelensky. Vendredi 29 juillet, des explosions ont dévasté une colonie pénitentiaire où étaient détenus des prisonniers ukrainiens à Olenivka, dans une zone contrôlée par Moscou dans le Donbass, à 15 km de la ligne de front. Selon les autorités d’occupation russes, le bombardement aurait fait 53 morts et 75 blessés, dont des membres du bataillon Azov. Ces militaires s’étaient rendus en mai au terme d’un siège de plusieurs semaines à Marioupol, où ils tenaient le bastion de l’usine sidérurgique d’Azovstal.

Lorsqu’ils « ont quitté l’usine, l’ONU et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’étaient engagés à protéger nos soldats », s’est indigné le chef de l’État ukrainien. Le CICR a demandé à inspecter le site, mais il y a peu de chances que le Kremlin réponde favorablement à cette demande. La Russie entrave régulièrement les enquêtes sur les…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.