Pyrénées-Orientales : Evolution très favorable des incendies d’Opoul et de Millas avant une nuit particulièrement redoutée

Deux incendies étaient encore actifs ce mercredi soir dans le département des Pyrénées-Orientales. Leur évolution était favorable même si les conditions météo de la nuit appelaient à la plus grande vigilance.

Après presque 48 heures de lutte acharnée contre les incendies qui ravagent une partie du département des Pyrénées-Orientales, les pompiers espéraient venir à bout des deux derniers foyers, celui d’Opoul et de Millas.

Incendie d’Opoul – 1100 hectares brûlés

Ce mercredi soir, le bilan était conservé par rapport à celui de la fin de journée. Le plus important incendie de ces dernières 24 heures avait ainsi toujours ravagé 1.100 hectares entre Opoul et Salses. Le secteur « avant » de l’incendie (celui qui était au plus près de la commune de Salses) était d’ailleurs fixé. Les secteurs à gauche (au nord vers Opoul) et à droite (vers le camp militaire entre Salses et Rivesaltes) étaient eux jugés favorables. 320 pompiers (dont 200 du Sdis 66) étaient encore sur place pour la nuit où la surveillance s’annonçait très active, un changement de direction du vent pouvant venir perturber cette évolution. La tramontane est en effet annoncée pour cette nuit et pourrait venir compliquer la tâche des soldats du feu.

A lire aussi :
Incendies dans les Pyrénées-Orientales : selon Gérald Darmanin, « il peut y avoir un doute sur le fait que ce soit un incendiaire »

Incendie de Millas – 75 hectares brûlés

Survenu en bordure de route, dans le col de la Bataille, cet incendie était maîtrisé, ce mercredi en fin de soirée. La réouverture des lignes à haute tension était même ressentie avant la nuit. Plusieurs heures, l’incendie n’avait pas été supprimé et est resté fixé à 75 hectares de garrigues parties en fumée.

16 véhicules s’apprêtaient à passer la nuit sur place afin d’éviter toute reprise en cas de changement de vent.

A lire aussi :
Incendies dans les Pyrénées-Orientales : « Tout le monde a pensé que le camping allait brûler »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.