Le maire du Puy-en-Velay a été mis en garde à vue dans une affaire de soupçon de favoritisme

Le maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire), Michel Chapuis (UDI), a été placé en garde à vue mercredi 22 juin dans le cadre d’une enquête menée par le Parquet national financier (PNF). Cette mesure, levée le soir même, a été prise dans le cadre d’une affaire de soupçon de favoritisme concernant la concession d’exploitation d’une halle à structure métallique du XIXᵉ siècle, située en centre-ville.

Les enquêteurs de la gendarmerie ont entrepris d’entendre plusieurs personnes au Puy depuis lundi 20 juin, en particulier des fonctionnaires territoriaux, mais aussi des élus. Déjà, à la fin de mars, une trentaine d’enquêteurs, accompagnés de magistrats du PNF, avaient perquisitionné les locaux de la mairie, de la communauté d’agglomération du Puy et les domiciles de plusieurs personnes. Le maire avait été assigné à résidence dans son bureau pendant une partie de la journée, tandis que du matériel informatique était saisi. Quatre personnes alors avaient fait l’objet d’une garde à vue.

L’histoire commence dans le courant de 2020, quand la municipalité décide de réhabiliter la halle, puis d’en confier la gestion à un exploitant, par le biais d’une délégation de service public. L’idée : développer un espace « gourmand », pour valoriser la halle et ses environs.

Un chiffre d’affaires révélé à 8 millions d’euros

A la fin de 2021, le marché public, portant sur un chiffre d’affaires rapporté à 8 millions d’euros sur dix ans, est attribué à un restaurateur du Puy, Guillaume Fourcade. Très vite, son concurrent malheureux accuse la ville d’avoir truqué le processus. Restaurateur lui aussi, Alexis Haon a déposé deux plaintes en février 2022, l’une auprès du procureur du Puy-en-Velay et l’autre devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand.

Certains fonctionnaires territoriaux se sont évertués à favoriser le projet de Guillaume Fourcade

En parallèle, des faits clandestins enregistrés dans les locaux de la mairie sont versés au dossier. Il en ressort que certains fonctionnaires territoriaux se sont évertués à favoriser le projet de Guillaume Fourcade, y compris en le réécrivant partiellement, au détriment de celui d’Alexis Haon. Agé de 31 ans, celui-ci avait figuré, lors des municipales de 2020, sur une liste d’opposition à Michel Chapuis, proche du président de région et ancien maire du Puy-en-Velay, Laurent Wauquiez. Dans l’un des enregistrés clandestins, on entendait un fonctionnaire territorial affirmer qu’une victoire d’Alexis Haon n’était pas envisageable, car elle aurait fortement déplu à M. Wauquiez.

Il vous reste 11,46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.