Visé par des sanctions européennes, le PDG de Yandex démissionne

Le cofondateur et PDG de Yandex, Arkadi Voloj, a été diffusé le vendredi 3 juin de la direction du groupe, géant de l’internet et des services en Russie, après avoir été sanctionné le jour même par l’Union européenne (UE) consécutivement à l ‘invasion militaire de l’Ukraine. Le patron a quitté le conseil d’administration du groupe « ainsi que ses postes de direction dans les filiales internationales du groupe »un fait savoir la société dans un communiqué.

L’entreprise, souvent surnommée le « Google russe »est enregistré aux Pays-Bas et dispose de filiales européennes, britanniques et américaines, mais l’essentiel de ses activités se situe en Russie et dans les pays russophones.

Arkadi Voloj, 58 ans, a cofondé l’entreprise en 1997 et en était le PDG depuis 2000. Il a été placé sur la liste noire de l’UE, une sanction qui le vise de façon individuelle, le géant technologique n’étant pas directement sanctionné.

Dans son communiqué, Yandex a dénoncé une mesure « injuste » et a assuré qu’elle n’aurait pas d’impact sur le fonctionnement du groupe. L’entreprise précise que M. Voloj contrôle 45,3 % des actions de Yandex par un « confiance familiale », mais que ce trust suivrait la période de sanctions les recommandations du conseil d’administration.

Un géant ébranlé

Yandex est le premier portail de recherches de l’espace russophone, où le groupe est également omniprésent dans le domaine des taxis et des livraisons de nourriture. Le groupe a subi économiquement de nombreuses sanctions prononcées contre la Russie, perdant notamment des investisseurs étrangers. En interne, et alors que le portail d’actualité de Yandex applique la censure du Kremlin sur les contenus liés au conflit en Ukraine, la guerre a provoqué des remous.

Lire aussi : Fronde interne chez Yandex, le « Google russe », après l’invasion de l’Ukraine

Ce n’est pas la première fois qu’un cadre du géant des nouvelles technologies est visé par des sanctions internationales en raison de l’invasion militaire de l’Ukraine. Le 16 mars, Tigran Khudaverdyan, sanctionné à titre personnel par l’UE, a démissionné de son rôle de directeur exécutif et directeur général adjoint de Yandex. Il avait été sanctionné en raison de son rôle présumé dans la propagande du Kremlin.

D’autres entrepreneurs russes ont été démissionnés après avoir été sanctionnés en Occident : l’oligarque Guennadi Timtchenko, un proche du président Vladimir Poutine, a donné sa démission fin mars du conseil d’administration du géant gazier Novatek, tandis que le milliardaire Vanguit Alekperov a a quitté le poste de PDG du groupe pétrolier Lukoil.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *