Législatives : Emmanuel Macron aurait-il fait un cadeau empoisonné à Manuel Valls ?

À 59 ans, Manuel Valls, candidat malheureux à ces législatives sur la 5e circonscription des Français de l’étranger (Espagne, Portugal, Andorre, Monaco), semble s’engager dans une retraite (ou pré-retraite ?) politique.

Manuel Valls, qui n’a pas répondu à nos sollicitations dimanche soir, ni ce lundi, est peut-être au seuil d’une nouvelle vie. Qu’il aurait été signalé dès dimanche, dans les deux heures suivantes, la confirmation des résultats qui l’ont exclu de la course à l’Assemblée, par une retraite des réseaux sociaux. « Adieu Twitter… »a alors posté l’ancien Premier ministre avant de désactiver son compte, au plus d’un million d’abonnés.

A lire aussi :
Législatives 2022 : Éliminé dès le premier tour dimanche, Manuel Valls ferme son compte Twitter, un pas vers un retrait de la vie publique ?

Une bête politique blessée

Manuel Valls est une bête politique blessée. Il n’a pas réussi à s’installer dans la vie politique catalane malgré son élection, dans l’opposition, à la mairie de Barcelone. Et il a échoué cette fois-ci à conquérir un mandat qui épousait parfaitement sa vie personnelle : un pied en France, un pied en Espagne.

Un grand écart qui ne paraissait pas périlleux pour ce Catalan naturalisé Français à l’âge de 18 ans, mais dont les allers-retours entre Paris et Barcelone ont exaspéré les Barcelonais mais aussi, donc, les Français expatriés en Catalogne qui n’ont pas été qu’un petit millier à lui accorder leur confiance.

A lire aussi :
Élections législatives – Tombeur de Manuel Valls, Stéphane Vojetta le constate : « Ma compréhension du terrain était la bonne »

Circo empoisonnée ?

Dimanche soir donc, pourvu d’à peine 15 % des votes, son dernier message sur Twitter parlait de cet échec : « Une élection est un moment de vérité. Il m’apparaît lucidement d’en tirer les conséquences ». Donnait une consigne de vote minimal : « Pour le second tour, j’appelle à faire barrage au candidat de la Nupes ». Mais évoquait aussi de sa vie d’après : « La vie est suffisamment belle pour tourner tranquillement les pages ». Pas sûr que la prochaine s’écrive en politique.

Mais l’échec de Manuel Valls sur une circonférence taillée pour lui, au moins sur le papier, est aussi celui du camp présidentiel. Sauf à imaginer qu’Emmanuel Macron lui ait fait sciemment un cadeau empoisonné. Mais qui imaginerait cela ?

A lire aussi :
Législatives en Espagne, Andorre, Portugal, Monaco : entretien avec Renaud Le Berre, candidat Nupes, premier qualifié pour le 2d tour devant S. Vojetta et M. Valls

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *