Variole du singe : un premier cas signalé dans les Hauts-de-France

Santé publique France signale 33 cas de variole du singe en France à la date du 1er juin, dont un premier dans les Hauts-de-France.



Temps de lecture :
2 minutes


Au 1er juin 2022 à 10 heures, 33 cas confirmés de Monkeypox ont été rapportés en France, indique Santé publique France. Vingt-quatre ont été signalés en Ile-de-France, deux en Auvergne-Rhône-Alpes, un en Centre-Val de Loire, quatre en Occitanie, un cas en Normandie et un dans les Haut-de-France, le premier déclaré dans la région.

Contactée, l’Agence régionale de santé des Hauts-de-France ne souhaite pas préciser dans quel département a été pris en charge ce premier cas. La prochaine actualisation des autorités sanitaires aura lieu vendredi 3 juin. Le nombre de cas déclarés en France a doublé en quatre puisque 16 avaient été confirmés le 28 mai, dont 12 en Île-de-France.

Plus de 550 cas dans 30 pays – où la maladie n’est pas endémique et n’apparaît que très rarement – ont été signalés à l’OMS depuis le début de l’éruption actuelle de cas il y a près d’un mois.

Un contact étroit nécessaire

L’infection des cas initiaux résulte d’un contact direct avec du sang, des liquides biologiques ou des lésions cutanées ou des muqueuses d’animaux infectés. En l’état actuel des connaissances, la transmission secondaire — c’est-à-dire interhumaine — nécessite un contact étroit et prolongé entre deux personnes, et se fait principalement via la salive ou le pus des lésions cutanées formées au cours de l’ infection.

Plusieurs experts ont précisé que si ce virus pouvait être attrapé pendant une activité sexuelle, ce n’en est pas pour autant une maladie sexuellement transmissible. Cette transmission pourrait être due aux contacts intimes et rapprochés lors de rapports sexuels et non pas par le rapport sexuel en soi.





Lire aussi

Accident de Samer : dix-huit mois de prison ferme pour la mère de la petite Hanëya

Législatives : la 3e circonscription du Nord peut-elle résister à nouveau au Rassemblement national ?

Entre économies et écologie, quel avenir pour les pubs dans les boîtes aux lettres ?



Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

Variole du singe Santé France

Phildepoitiers roman
Bien sûr, c’est une bonne idée, des tas de personnes souhaitant que l’identité régionale disparaisse, elles souhaitant gommer en nous tout ce qui nous …Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *