Grosse panique et fortunes envolées : les cryptos s’effondrent

Début avril, les amateurs enthousiastes et les superstars de la blockchain se sont retrouvés à la Bitcoin Conference à Miami pour faire la fête, célébrer leurs réussites et conspuer les crypto-sceptiques. Aujourd’hui, des forums d’investisseurs en cryptos publient des numéros de lignes d’écoute contre le suicide. Comment en est-on arrivé là ?

À mesure de leur démocratisation, les cryptomonnaies se composent de plus en plus comme des actions classiques en suivant les tendances des marchés financiers américains. Ou, avec une bourse mal en point, les cryptos mainstream comme le bitcoin et l’ethereum ont suivi le Nasdaq dans sa chute.

Seulement, malgré leur démocratisation, ces monnaies numériques ont conservé leur aspect très volatil et restent sujettes à des chutes brutales. Ainsi, la valeur du bitcoin est un temps passé en dessous de son niveau de juillet 2021, sa dernière grosse crise en date, et pourrait continuer de chuter.

Le problème est que le bitcoin est de loin le plus gros acteur des cryptomonnaies, et qu’il s’entraîne donc dans sa chute à la fois les autres monnaies et les entreprises satellites. Coinbase, la plus grande plateforme d’échange de cryptos, a ainsi complètement décroché. En quelques heures, son PDG a vu sa fortune passer de 13,7 à 2,2 milliards de dollars (soit de 13,2 milliards d’euros à 2,1 milliards d’euros).

La plupart des crypto-milliardaires ont subi le même traitement. L’investisseur Michael Novogratz a ainsi perdu les trois quarts de ses 8,5 milliards de dollars (8,2 milliards d’euros). Mais la police la plus impressionnante reste sans doute celle du portefeuille de Changpeng Zhao, le PDG de Binance, qui est passé de 96 à 11,6 milliards de dollars (de 92,2 à 11,1 milliards d’euros). Soit une baisse d’environ 88%. Si ces chiffres de proue des cryptos ont encore quelques milliards pour éponger parfois leurs larmes, la situation est dramatique pour les investisseurs plus modestes.

Plongeon collectif

Pour ne rien arranger, la situation est telle que même les « stablecoins », des cryptos spécialement conçues pour ne pas être sujettes aux brusques fluctuations du marché, sont en train de dévisser. C’est le cas de Terra (UST), une crypto très populaire, supposée suivre les mouvements du dollar.

Terra est adossée à une monnaie soeur, Luna, qui fluctue selon l’offre et la demande. Le principe est que lorsque l’UST dévie de la valeur du dollar, elle peut tout de même être échangée contre l’équivalent de 1 dollar de Luna. Ainsi, si l’UST vaut 99 centimes, il est possible de l’échanger contre 1 dollar en Luna et de faire un bénéfice immédiat. La demande en UST augmente donc mécaniquement, et elle revient à 1 dollar. C’est ce qui s’appelle un arbitrage.

Seulement, une panique sur la plateforme où s’échange Luna a fait tomber la monnaie de 96%. Ainsi, l’arbitrage a commencé à patiner, et l’UST, une valeur supposément stable, a elle aussi beaucoup chuté, pour atteindre les 60 centimes mercredi 11 mai.

Ou, Terra Luna s’appuie sur une immense réserve de bitcoins amassée par ses développeurs en cas de crise. Le problème est que si une partie de ces bitcoins sont utilisés et arrivent sur le marché, ils pourraient contribuer à faire plonger la monnaie encore plus qu’actuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.